On ne passe plus en termes de prix

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Tel est le message de Dominique Barrau, secrétaire général de la FNSEA, lors de son passage dans le Loir et Cher (41) pour expliquer la demande de la FNSEA et de JA sur les contrôles verdissement/PAC. L’occasion de parler de la situation économique de la filière et de la stratégie syndicale automnale de la FNSEA et de JA qui en découle.  

« Huit points durs, huit revendications, huit symboles, huit déplacements » telle est la formule qu’ont choisie la FNSEA et JA pour parler de sa politique de rentrée. Dominique Barrau, lors de son déplacement à Lancé dans le Loir et Cher (41), a exprimé son mécontentement : « Il faut ouvrir les yeux, nous ne sommes plus compétitifs. Le paysan est tué dans l’exercice de son métier. » Des propos forts qui reflètent l’urgence de la situation. Florent Leprêtre, président de la FDSEA 41, a mentionné quant à lui  « une situation économique gravissime » et « beaucoup d’incertitudes ».

Que demande la FNSEA ?

Le déplacement d’un élu national dans la région Centre a été l’occasion de remettre aux participants les revendications de la FNSEA et de JA, et de faire un rappel sur les sujets défendus par le syndicat. Par exemple, le rejet catégorique du zonage directive nitrates tel qu’il est annoncé « car les critères utilisés sont fondés sur des normes non prouvées scientifiquement », selonEric Thirouin, président de la FRSEA Centre et président de la commission environnement à la FNSEA. Autre sujet sensible : l’installation de nouveaux agriculteurs. La FNSEA et les JA refusent tout retard du ministère sur la parution des documents administratifs nécessaires au passage des dossiers en CDOA. S’ajoute à la liste des demandes sur des sujets variés : deux plats sur trois d’origine française dans la RHF, une réparation économique des conséquences de l’embargo sur d’autres fonds que ceux de la PAC, l’abandon du compte pénibilité et une année blanche sur les contrôles verdissement/PAC. Des doléances qui concourent toutes vers un même but : desserrer le corset qui sclérose l’agriculture française.

Quelles réponses le 5 novembre ?

Les six départements de la région Centre ont confié récemment le cahier de doléances reprenant les « huit points durs » à leurs administrations départementales respectives. L’objectif étant d’aller chercher des réponses lors de l’appel à mobilisation nationale de la FNSEA et de JA du 5 novembre. Différentes formes de manifestations se profilent : distribuer des sandwichs dans un lycée hôtelier, semer les ronds points et jardins publics, distribuer de la viande et des fruits et légumes au grand public. Des actions de sensibilisation afin de mettre en avant l’agriculture française. Dominique Barrau rappelle que : « l’agriculture est une activité économique, ce n’est pas un jeu. Arrêter de nous rappeler notre devoir de responsabilité. Nous lançons une véritable alerte. »

Lucie De Castro, FRSEA Centre

événements

  • {0} - {1}

Reseaux sociaux

    LES ACTUS EN VIDEOS

    Toutes les émissions dans la médiathèque