L’agriculture prend ses responsabilités

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

La FNSEA, ainsi que les autres organisations professionnelles agricoles - UNEP, FNCUMA, FNEDT, FNB, USRTL et FPF - d’une part, et la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC s’engagent dans un accord national agricole sur le Pacte de responsabilité.

La branche professionnelle de l’agriculture est l’une des premières (12e sur 50) à être parvenue à un accord pour s’inscrire dans une dynamique forte en matière d’emploi  et de redressement de la France.

Cet accord intervient alors que l'agriculture française doit faire face à un durcissement de la concurrence mondiale avec l'émergence de nouvelles puissances productrices et exportatrices comme le Brésil, la Chine ou l'Inde, ainsi qu'à une concurrence déloyale au niveau européen due à un manque d'harmonisation fiscale et à un coût du travail anormalement élevé en France.

C’est dans ce contexte économique difficile que les organisations syndicales de salariés et professionnelles agricoles s’engagent à participer au redressement productif de la France en participant à la création d'emplois et à l'insertion des jeunes.

Ainsi, cet accord historique prévoit trois axes d'orientation : 

- Sur le front de l'emploi d'abord, avec une augmentation d'emplois pérennes en CDI passant à 325 000 emplois en 2017  (contre 310 000 en 2013). Le recours aux groupements d'employeurs (GAEC) qui permettent de conclure des embauches dans plusieurs exploitations, sera largement favorisé.
L'accueil des personnes en alternance et en contrat de professionnalisation sera également un levier important d'emploi au sein des exploitations agricoles qui sont depuis longtemps des structures performantes dans ces processus de formation.

Retrouvez le baromètre IFOP sur l’emploi et l’apprentissage dans les exploitations agricoles – Mars 2015

- Ensuite, l'amélioration de l'accessibilité des métiers agricoles aux jeunes et demandeurs d'emplois et de la formation professionnelle seront mis en place progressivement. 

La sécurisation des parcours professionnels des demandeurs d'emploi, la promotion des métiers de l'agriculture et la fiabilité de réponse aux besoins de recrutement seront poursuivis.
Un contrat de génération agricole spécifique est proposé et permettrait de favoriser l'emploi des jeunes.
Dans le même esprit, l'accent sera mis sur la formation professionnelle, avec l’inscription des formations sur les listes éligibles au compte personnel de formation (CPF), le développement de la validation des acquis de l'expérience (VAE) et la certification des qualifications professionnelles (CQP).

- Enfin, et dans un esprit de responsabilité, la branche agricole s'engage à proposer des dispositifs innovants en matière de transports, de logement et de développement de garde d'enfants visant à améliorer l'accessibilité à l'emploi en milieu rural.
La participation de l'entreprise dans l'achat d'un véhicule ou d'un moyen de transport, la spécificité d'accès au logement dans le cadre du dispositif du 1% logement, ou un pourcentage de prise en charge par l'employeur de la garde d'enfants, sont quelques-unes des propositions formulées en tant que participation sociale de l'entreprise. Une transposition législative sera nécessaire pour l'application de ces mesures.

Volontaire et modernisant, cet accord de branche agricole vient signifier notre responsabilité, notre engagement mais aussi notre vigilance pour la mise en oeuvre de ces mesures.

événements

  • {0} - {1}

Reseaux sociaux

    LES ACTUS EN VIDEOS

    Toutes les émissions dans la médiathèque