Jugement Doux : "où est le bon sens ?"

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Christiane Lambert, vice-présidente de la FNSEA, livre ses analyses sur le jugement Doux.

  • Tous les politiques avaient clamé qu’ils refusaient un dépeçage du Groupe Doux…
    C’est pourtant ce qui résulte de la décision du Tribunal de Quimper avec la mise en liquidation de la branche frais.
  • Le PDG du Groupe Doux avait refusé la montée au capital de son entreprise de la Banque britannique Barclays pour ne pas perdre le leadership…
    C’est pourtant ce qui a été acté.
  • Les emplois devaient être la priorité…
    Aujourd’hui les 1703 salariés du pôle frais (dont 1000 dans l’Ouest) sont méprisés.
  • Les créances des éleveurs devaient être une préoccupation essentielle… Aujourd’hui, elles n’ont aucune garantie de recouvrement, Charles Doux proposant même d’en « abandonner » 50% au capital du Groupe… mais avec quelles garanties et quel pouvoir d’orientation en contrepartie ?
  • Un projet global était plébiscité par les politiques…
    L’offre coordonnée des opérateurs avicoles privés et coopératifs a été rejetée ! Il leur est maintenant proposé de reprendre le pôle frais déficitaire… les 2 branches bénéficiaires étant dans le plan de continuation du Groupe Doux.

C’est la pire des solutions pour la filière avicole française qui risque d’être déstabilisée. La situation est plus que jamais préoccupante.

Pour la FNSEA et les JA, la priorité est donc de défendre les intérêts des éleveurs qui s’interrogent sur le recouvrement de leurs créances et la fourniture d’aliments et de gaz pour élever les volailles qui… sont dans les bâtiments !

La pérennité des exploitations est en jeu. Beaucoup de producteurs ont été trop longtemps négligés et réglés avec beaucoup de retard, leurs créances « faisant le tampon » des difficultés du Groupe. Ils ne veulent plus être le banquier d’urgence du Groupe Doux. Leur travail doit être rémunéré à sa juste valeur !

 

Christiane LAMBERT
Vice-Président de la FNSEA

événements

  • {0} - {1}

Reseaux sociaux

    LES ACTUS EN VIDEOS

    Toutes les émissions dans la médiathèque