En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Google analytics

Les cookies de google analytics permettent de connaitre la fréquentation du site.

Menu

Baromètre de l’emploi – Printemps 2020

22 juin 2020

Dans le cadre de la publication de son baromètre d’opinion bi-annuel réalisé avec le concours de l’IFOP auprès des agriculteurs, la FNSEA rend compte ce jour de leur regard sur l’économie de leur exploitation, sur l’accompagnement politique du Gouvernement ainsi que sur leurs perspectives de développement (économique, emploi) pour ce 1er trimestre 2020, à l’aune de la crise du Covid-19.

Le baromètre révèle tout d’abord que 3 agriculteurs sur 10 jugent bonne la situation économique actuelle de leur exploitation, un chiffre en légère progression sur l’année écoulée (+ 6 points). Malgré cette tendance plutôt positive, la stabilité économique des exploitations s’avère fébrile puisque la majorité (7 sur 10) des agriculteurs ont rencontré des difficultés au cours des 3 derniers mois. Ils sont même 1 sur 3 à avoir fait face à des difficultés importantes. Ces difficultés sont liées au climat, à la baisse des prix des productions, aux réglementations environnementales et sanitaires trop contraignantes et aux charges d’exploitation trop importantes.

Les résultats traduisent également un manque de confiance en l’avenir. Ils sont près de 4 sur 10 à anticiper une dégradation de la situation économique de leur exploitation au cours des 2 à 3 prochaines années, c’est 8 points de plus qu’il y a un an. A cela s’ajoute un niveau de pessimisme manifeste lorsqu’on les interroge sur le climat général des affaires en France (75% d’agriculteurs pessimistes) ou pour leur propre activité (58%). L’« agribashing » pèse également sur la motivation des agriculteurs dans un contexte où 75% d’entre eux observent une augmentation des critiques visant la profession.

Cette difficulté à se projeter se matérialise par des conséquences directes : un agriculteur sur 10 envisage de cesser son activité dans l’année en raison de difficultés financières, 95% des répondants ont déclaré ne pas envisager recruter de CDI et 84% d’entre eux n’ont pas l’intention d’embaucher de CDD au cours des 3 prochains mois.

A plus long terme, on constate une forte défiance des professionnels agricoles envers les mesures économiques mises en place par le Gouvernement (près de 80% des agriculteurs n’ont pas confiance). Les agriculteurs ne se sentent pas écoutés par le Gouvernement et 86% d’entre eux pensent que le Gouvernement ne prend pas en compte leurs préoccupations d’exploitant agricole.

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider