En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Microsoft Clarity

Les cookies de Microsoft Clarity permettent de connaitre la frequentation du site et le parcour utilisateur.

Menu

Pas d’amélioration sur le front de la sécheresse

1 juin 2022

Pas moins de 92 arrêtés préfectoraux ont été pris fin mai pour les particuliers et pour les agriculteurs afin de limiter les usages de l’eau. Sans être catastrophique, la situation demeure cependant préoccupante. 

« Nous prenons des mesures pour gérer la ressource en eau et éviter que la situation ne soit ingérable cet été », a déclaré la Première ministre, Élisabeth Borne, le 26 mai lors d’une visite dans une exploitation agricole située à Sandillon Loiret. Elle était accompagnée de la ministre de la Transition écologique, Amélie de Montchalin et du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Marc Fesneau. Tous les trois ont rencontré des agriculteurs et dressé un état des lieux de la situation. Ce département, comme une partie de la Vienne, du Rhône, du Sud Vendée, de la Charente-Maritime, de la Dordogne, des Bouches-du-Rhône et du Tarn est situé en alerte renforcée.

Certaines parties du territoire sont même déclarées en « état de crise », obligeant les autorités publiques (préfet et maires notamment) à limiter les usages de l’eau. C’est notamment le cas pour le Nord-Vendée, des zones nord de la Vienne, l’ouest du Loiret Au total, ce sont plus d’une trentaine de départements français qui font l’objet de restrictions plus ou moins importantes dont 24 en alerte ou en crise. Si certains usages domestiques commele lavage des voitures, le remplissage des piscines ou encore l’arrosage des pelouses et massifs sont interdits, les agriculteurs peuvent être touchés par des limitations d’usage, notamment l’irrigation. L’état de crise, le plus élevé avec un niveau 4 (contre 3 pour l’alerte renforcée ; 2 pour l’alerte et 1 pour la vigilance) prévoit notamment l’arrêt des prélèvements à des fins agricoles, réservant l’eau à des usages prioritaires : eau potable, santé, sécurité civile… 

Calamités agricoles 

La profession agricole est très inquiète de cette situation qui selon l’hydrologue et présidente de MayaneLabs, Emma Haziza, pourrait dépasser la sécheresse de 1976 : « la France s’oriente vers une sécheresse historique », a-t-elle indiqué. Invitée de France Info le 29 mai, la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, a elle aussi, souligné l’état de sécheresse de la France qui hypothèque les rendements en céréales, notamment ceux du blé. Élisabeth Borne, qui a donné consigne aux préfets, de « préserver au maximum la ressource en eau » a pris conscience de l’inquiétude des agriculteurs, notamment des éleveurs. Elle a assuré, que « partout où ça se justifiera nous activerons cette année le dispositif des calamités agricoles pour les fourrages » et annoncé l’ouverture, le 30 mai, du plan d’aide exceptionnelle de 400 millions d’euros (lire encadré) mis en place suite à la guerre en Ukraine et à l’envolée des prix de ces aliments. Elle a aussi rappelé le doublement de l’enveloppe (de 20 à 40 millions d’euros) à destination des agriculteurs désireux d’investir dans du matériel pour optimiser la consommation de l’eau, et les 100 millions d’euros supplémentaires mis à disposition des agences de l’eau pour aider les filières agricoles à s’adapter ou créer des retenues d’eau. Après le Varenne de l’eau, le gouvernement va poursuivre le chantier de l’assurance récolte qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2023. 

Christophe Soulard, pour Actu Agri

Il est temps de faire entendre la voix des agriculteurs face au défi mondial du changement climatique. Le dérèglement climatique déstabilise la production agricole et engendre un risque à moyen terme sur la sécurité alimentaire.

L’agriculture dispose d’une palette d’outils pour à la fois s’adapter au changement climatique, atténuer les émissions de gaz à effet de serre et jouer un rôle déterminant dans la captation de carbone. Il faut maintenant les faire connaître plus largement et les déployer sur le terrain. Il faudra également favoriser les nouvelles solutions qui verront le jour grâce à la recherche et l’innovation.

La mise en œuvre des solutions pour que l’agriculture contribue à l’atteinte de la neutralité carbone doit constituer une opportunité pour améliorer le revenu des agriculteurs.

Découvrez notre Rapport d’orientation « Faire du défi climatique une opportunité pour l’agriculture« 

Vous aimeriez lire aussi

Voter, et discerner
52% d’abstention. Et 70% chez les jeunes de 18 à 35 ans. En désertant les...
40 centimes dans l’assiette pour sauver la restauration collective à la rentrée
Le 14 février, nos organisations ont signé une tribune : la filière restauration collective en...
Pour un Chèque Alimentaire pérenne : rejoignez le collectif !
Le contexte inflationniste inédit que la France traverse, fruit des chocs consécutifs de la reprise...