En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Google analytics

Les cookies de google analytics permettent de connaitre la fréquentation du site.

Menu

Emmanuel Macron au chevet des agriculteurs

23 avril 2020

Le Président de la République s’est rendu hier dans le Finistère dans le Groupement agricole d’exploitation en commun (Gaec) de Roué spécialisé en maraîchage, dans la commune de Cléder, pour saluer la mobilisation du monde agricole. 

« Je suis venu remercier les agriculteurs et les salariés qui ont assuré l’approvisionnement de l’alimentation pour les français » a pu souligner Emmanuel Macron aux Présidents de la Chambre d’agriculture et de la FDSEA du Finistère qui assurent « relever le défi de la souveraineté alimentaire ».

La première attente des agriculteurs est que la souveraineté alimentaire retrouvée, promesse d’Emmanuel Macron, puisse se concrétiser dans l’après-crise. « C’est un défi qui doit être relevé avec tous l’ensemble de la nation pour se réaliser. D’autant que depuis de trop nombreuses années, les prix ont été tirés vers le bas en grande surface en amenant notamment de très nombreuses importations » a souligné Christiane Lambert sur BFM Business.

La France a une agriculture de qualité et qui produit en quantité notamment des céréales et du lait. Pour autant, la France est encore trop dépendante des pays étrangers pour la consommation de produits alimentaires notamment les fruits et légumes avec par exemple l’importation de 55% de tomates et 49% de fraises.

Les français ont redécouvert l’alimentation et les bons produits français, ils sont allés plus acheter chez les petits producteurs et ce sont rendus compte du rôle capital de l’alimentation mais aussi du coût de l’alimentation. La rencontre directe avec les producteurs a été très pédagogique pour les français qui se sont rendus compte du travail qu’il faut pour avoir des produits frais ou des produits en quantités pour être transformés comme la farine.

Pour retrouver la souveraineté alimentaire, Christiane Lambert insiste enfin sur le fait que la France est en capacité de produire mais « avec des garanties sur les contrats d’achat pour une couverture des coûts de production et non des braderies comme on a pu le constater sur certains produits ».

Cette crise nous rappelle à quel point l’alimentation constitue un bien essentiel pour la Nation. En toutes circonstances nous pouvons compter sur nos agriculteurs français, merci à eux ! Relevons ensemble le défi de la souveraineté alimentaire !

Vous aimeriez lire aussi

« Le don est une solution ! » entretien avec Angélique Delahaye, présidente de SOLAAL
« La crise du Covid-19 à désorganisé la collecte du don alimentaire » pour Angélique Delahaye, présidente de...
Un protocole sanitaire pour rouvrir les marchés locaux
Suite à la décision prise le mardi 31 mars de fermer les marchés locaux par...