En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Microsoft Clarity

Les cookies de Microsoft Clarity permettent de connaitre la frequentation du site et le parcour utilisateur.

Menu

L’alimentation, véritable clé d’entrée pour rendre #OneHealth concret & effectif

5 novembre 2021

Selon l’OIE (Organisation Mondiale de la Santé Animale), 60% des maladies infectieuses chez l’homme trouvent leur origine chez l’animal et 70% de ces maladies nous sont transmises par la faune sauvage. La crise sanitaire que nous traversons souligne l’interdépendance entre santé humaine, animale et environnementale. Cet ensemble est reconnu à travers le concept One Health « Un monde, une santé ».

Pour la FNSEA, il est évident que l’agriculture a un rôle à jouer lorsque les politiques publiques se donnent pour objectif d’améliorer la santé humaine, animale et environnementale. Il est primordial de remettre l’alimentation au cœur du schéma. Alors que les recommandations nutritionnelles se multiplient sur la nécessité de manger sainement, il convient également de prendre en compte la dimension environnementale de plus en plus importante que les consommateurs prennent en compte dans leurs choix alimentaires.

La crise a démontré toute l’importance de ne plus travailler en silo : l’apport et l’expérience des vétérinaires en santé animale ne peut-être que très précieux pour la santé humaine. De même les progrès affichés ces dernières années en matière de réduction de l’exposition aux antibiotiques des animaux d’élevage ne peut être qu’un vecteur d’amélioration pour parvenir à un usage raisonné des antibiotiques également en santé humaine.
La santé de l’environnement est également au cœur du concept « Une seule santé » : les végétaux sont en fait le premier maillon de la chaîne alimentaire qui contribue à la bonne santé des humains. Or la préservation de la santé des végétaux est une condition indispensable du bon déroulement de l’activité agricole.

A l’occasion de la Journée Mondiale « One Health », la FNSEA et 19 autres contributeurs ont présenté le livre blanc intitulé 36 actions pour mettre en place une politique française ambitieuse « une seule santé ». L’occasion pour Christiane Lambert de rappeler que la transversalité est fondamentale pour traiter de ces enjeux» mais aussi l’importance primordiale de l’éducation alimentaire.  

Vous aimeriez lire aussi

Ma nature, mon futur, l’agriculture !
« Le constat est implacable : la moitié des agriculteurs actuellement en activité partiront à la...
Visite du site EDF Lab les Renardières
Dans le cadre de notre partenariat avec EDF, Chambres d’Agriculture France & Jeunes Agriculteurs, Christiane Lambert...
Voter, et discerner
52% d’abstention. Et 70% chez les jeunes de 18 à 35 ans. En désertant les...