En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Google analytics

Les cookies de google analytics permettent de connaitre la fréquentation du site.

Menu

Le Fil Agricole n°17

23 juillet 2020

N°17 – Semaine du 20 juillet 2020

INITIATIVES AGRICOLES

DÉPARTS ESTIVAUX : « LES PETITS MARCHÉS D’ICI » INVITENT LES AUTOMOBILISTES À FAIRE LE PLEIN DE PRODUITS DU TERROIR
A l’occasion des grands départs estivaux, les terroirs s’invitent sur les aires du réseau VINCI Autoroutes dans le cadre du dispositif d’animations éphémères #BienArriver et du partenariat signé avec la FNSEA lors du dernier salon international de l’agriculture. Depuis la mi-juillet, « Les Petits Marchés d’ici » permettront aux vacanciers de découvrir sur leurs trajets les produits et spécialités des régions traversées, tout en soutenant l’agriculture locale. Ce sont plus de 35 aires qui accueilleront ainsi des producteurs – le temps d’un week-end pour certaines, tout au long de l’été pour d’autres – pour faire rimer l’envie de « bien voyager » avec le plaisir de « manger français ». De nombreux producteurs viendront ainsi à la rencontre des voyageurs pour promouvoir l’agriculture locale et vendre leurs produits : melons, miel, lavande, huile d’olive, fromages, fruits d’été et charcuteries de nos régions… Cette initiative s’inscrit dans la volonté conjointe de la FNSEA et de VINCI Autoroutes de mettre en avant les produits de saison et de proximité, de valoriser les circuits courts et de soutenir les filières agricoles à travers l’organisation de marchés locaux. Le calendrier de ces marchés à ciel ouvert est disponible sur le site de VINCI Autoroutes.

ACTUALITES AGRICOLES

COMMERCE EXTÉRIEUR AGROALIMENTAIRE : EFFONDREMENT DE L’EXCÉDENT EN MAI 2020
En mai dernier, l’excédent de notre commerce extérieur de produits agricoles et alimentaires n’a représenté que 43 millions d’euros, contre 410 millions en mai 2019. A l’origine de cette tendance, la crise sanitaire entraînant un ralentissement des échanges, la baisse des exportations s’avérant plus importante que celle des importations. Le solde positif de nos échanges extérieurs agroalimentaires en mai dernier, a connu un véritable effondrement par rapport au mois correspondant de 2019 : 43 millions d’euros (M€) contre 410 M€. Les exportations ont représenté 4,4 milliards d’euros (Md€) contre 5,39 Md€ un an plus tôt, baissant plus fortement que les importations qui passent de de 4,98 à 4,36 Md€. L’excédent des produits transformés recule de 477 à 135 M€ et le déficit des produits bruts s’accentue, avec -92 M€ contre -67 M€ un an auparavant ; en particulier, le solde de nos échanges avec l’U.E s’est sensiblement aggravé, passant en un an, de -367 M€ à -501 M€. L’excédent avec les pays tiers atteint 543 M€ contre 777 M€ en mai 2019. Dans ce bilan globalement négatif, les exportations de céréales ont pourtant maintenu une évolution positive, avec 626 M€ et laissent un excédent de 493 M, 52 M€ de plus que l’an dernier. En revanche, l’autre grand poste de nos échanges, les vins et spiritueux, enregistrent une nouvelle très grosse baisse des sorties, passant de 864 M€ en mai 2019, à 546 M€ pour les vins et Champagne cette année, et les spiritueux de 441 à 176 M€. Le solde positif du secteur boissons rétrograde ainsi de près de moitié, s’affichant à 639 M€. Le recul de ces produits reste principalement lié à la diminution des ventes aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et à l’Asie. Sur les 5 premiers mois de l’année 2020, l’excédent de nos échanges agro-alimentaires tombe de 3,33 Md€ l’an dernier, à 2,75 Md€ cette année. Le bilan céréales demeure très largement positif avec 3,49 Md€, contre 3,09 Md€ pour la période correspondante de 2019, alors que l’excédent des vins et spiritueux accuse un repli de 1,3 Md€, avec 3,68 Md€. Le déficit viande s’est nettement réduit : -458 M€ contre –594 M€, les exportations de viande porcine maintiennent une orientation positive tandis que les produits laitiers enregistrent une belle augmentation, + 200 M€, de leur solde positif, à 1,26 Md€. Ce bilan à 5 mois de l’année est inquiétant ; on voit mal une remontée significative des exportations de vins et spiritueux d’ici la fin de l’exercice 2020, alors que les exportations de céréales diminueront sans doute considérablement en raison de la faible moisson de blé attendue pour la campagne 2020/2021 qui se poursuit.

ACTUALITÉS EUROPÉENNES ET INTERNATIONALES

PAC : « UNE AMBITION À CONSOLIDER » POUR LA FNSEA ET JEUNES AGRICULTEURS
Réagissant au Conseil européen des chefs d’Etat et de gouvernement qui s’est achevé le 21 juillet, la FNSEA et JA ont acté « une nouvelle étape franchie pour l’Europe » et indiqué, dans un communiqué commun que la Politique agricole commune (PAC) reste « une ambition à consolider ». Les deux syndicats qui ont salué « le compromis historique » estiment qu’il faudra « être vigilant sur l’ambition de la Commission dans les stratégies « Farm to fork » et « Biodiversité 2030 » visant à accélérer les transitions, notamment écologiques, de l’agriculture », souligne le communiqué. Ils regrettent que le maintien du budget 2021-2017 (368 Md€ courants) cache en réalité « une érosion puisque, comme lors de chaque round de négociation, l’impact de l’inflation n’est pas pris en compte », indiquent-ils. « Nous attendons de l’UE qu’elle affirme clairement son ambition pour le renouvellement des générations d’agriculteurs et leur mission première : celle de contribuer à sa souveraineté alimentaire », conclut le communiqué.

 

BAROMÈTRE HEBDOMADAIRE DES PRODUCTIONS AGRICOLES

Le baromètre hebdomadaire des productions agricoles, fil rouge de l’actualité des productions pendant la crise du Covid-19, est appelé à évoluer dans les prochaines semaines. Cotations et dynamiques de marchés sur les principales productions agricoles nationales feront l’objet, à chaque fin de mois, d’une note mensuelle. Merci pour votre compréhension.

TENSIONS DANS LA FILIÈRE LÉGUMES FRAIS
Plusieurs légumes (salades, tomates, melons,…) souffrent depuis plusieurs semaines d’une faible consommation et d’une situation de marché difficile, avec des prix payés aux producteurs particulièrement bas. A titre d’exemple, cette saison, les tomates petits fruits (cerise et cocktail) ont été deux fois en crise conjoncturelle, dernière en date du 18 juin au 21 juillet. L’interprofession des fruits et légumes frais a mis en place des actions de communication supplémentaires pour les tomates, salades et melons, afin de soutenir ces produits et donner envie de les consommer. Si la distribution a joué la carte de l’Origine France pendant le confinement, les mauvaises habitudes ont vite repris avec le recours à l’importation massive. Alors même que l’Origine France, associée à une juste rémunération des producteurs, correspond à une vraie attente des consommateurs. Les prix au détail sont déconnectés des prix payés aux producteurs : le consommateur perd ses repères, le marché est déstabilisé et les producteurs sont mis un peu plus en difficulté.

 

Vous aimeriez lire aussi

Le Fil Agricole n°18
N°18 – Semaine du 19 octobre 2020 INITIATIVES AGRICOLES JOURNÉE NATIONALE « POUR UNE POLITIQUE...
Le Fil Agricole n°16
N°16 – Semaine du 6 juillet 2020 ACTUALITÉS AGRICOLES PLAN DE RELANCE : L’APPEL DE...
Le Fil Agricole n°15
N°15 – Semaine du 29 juin 2020 ACTUALITÉS AGRICOLES CHRISTIANE LAMBERT RÉÉLUE A LA TÊTE...