En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Google analytics

Les cookies de google analytics permettent de connaitre la fréquentation du site.

Menu

Le Fil Agricole n°49

7 juillet 2021

N°49 – Semaine du 14 juin 2021

INITIATIVES AGRICOLES

JOURNEES NATIONALES DE L’AGRICULTURE : L’AGRICULTURE VIENT AU-DEVANT DES FRANÇAIS

Après l’annulation du salon international de l’Agriculture cette année, les Journées nationales de l’agriculture, qui se déroulent du 18 au 20 juin, organisées par #agridemain et Make.org, en partenariat avec la FNSEA, contribueront à reconnecter agriculteurs et consommateurs, dans environ un millier de sites repartis dans toute la France. Cette manifestation constitue une formidable opportunité pour expliquer ce qu’est l’agriculture aujourd’hui et de faire découvrir l’agriculture française dans toute sa diversité.  Pendant ces trois jours, les Français sont invités à aller à la rencontre des agriculteurs et de la l’agriculture urbaine, celle de plaine, de montagne ou à la découverte de fermes digitales. Plus d’information sur https://journeesagriculture.fr/

ACTUALITÉS AGRICOLES

LE SOULAGEMENT DE LA FILIERE VIN FACE A LA SUSPENSION DES SANCTIONS AMERICAINES

En marge du Sommet UE – Etats-Unis qui se déroule ce 15 juin 2021 à Bruxelles, les deux parties sont parvenues à un accord pour mettre un terme au différend Airbus/Boeing, après 17 ans de conflit. Les dirigeants des deux côtés de l’Atlantique sont parvenus à une suspension pour une période de 5 ans des sanctions issues des différends Airbus/Boeing. Pour rappel, en mars dernier, les parties s’étaient accordées sur une suspension provisoire de 4 mois des surtaxes de 25% qui frappaient notamment les vins français et les eaux de vie de vin. Ce moratoire devait prendre fin dans quelques semaines. C’est donc avec soulagement que les organisations de la production vitivinicole accueillent ce nouvel accord, et saluent le travail des autorités françaises et européennes qui ont rétabli des relations de dialogue avec les Etats-Unis sur ce dossier. Cette annonce va permettre de redonner à nos viticulteurs et entreprises de la visibilité et des perspectives positives sur le premier marché de consommation. Les organisations viti-vinicoles appellent maintenant les autorités européennes et américaines à profiter de ce nouvel esprit de coopération pour trouver une solution durable et résoudre définitivement ce conflit.

BAROMÈTRE HEBDOMADAIRE DES PRODUCTIONS AGRICOLES

Le baromètre hebdomadaire des productions agricoles et le fil rouge de l’actualité des filières nationales et de leurs marchés.

LA PRODUCTION ET LA CONSOMMATION DE FRUITS ET LEGUMES IMPACTEES PAR LA METEO

Le Conseil spécialisé fruits et légumes de FranceAgriMer a fait le point sur la production et la consommation de ces produits au printemps. L’activité a été ralentie par une météo automnale au mois de mai. A l’approche de l’été, les productions fruitières, lourdement impactées par l’épisode de gel d’avril, manquent de volumes. Par ailleurs, la période est marquée par la reprise progressive de la restauration, ce qui se traduit par un regain d’activité sur les marchés de gros. En tomates, les volumes augmentent en production, mais la consommation ne suit pas. Les cours sont alors en baisse et le produit passe en prix anormalement bas. Mai voit le début de la campagne de courgette dans le Sud-Est, mais la demande manque de dynamisme. En salades et en concombres, les cours sont à la hausse grâce à une demande satisfaisante et à une offre modérée. En fruits, les marchés sont sous-approvisionnés en fraise comme en cerise et la demande est forte. Au global, sur le premier trimestre, les achats de fruits frais pour la consommation à domicile sont en recul de 1,7 % par rapport à 2020, et de 2,2 % par rapport à la moyenne 2016-2020. A l’inverse, les achats de légumes frais sont en hausse de 4,5 % sur la même période par rapport à 2020 (+ 6,8 % par rapport à la moyenne). Les achats de pommes de terre fraîches sont en fort recul (- 22 % au premier trimestre). Début 2020, le tubercule avait bénéficié début mars des effets du premier confinement. Par rapport à la moyenne 2016-2020, le recul est plus modéré (- 3,1 %). Le début de l’année est aussi marqué par un recul des achats de fruits et légumes frais biologiques par les Français. La baisse est de 4,4 % par rapport à 2020, mais en hausse de 4,2 % par rapport à la moyenne quinquennale. Toutefois, le recul semble s’accélérer au mois de mars. Il s’élève à -9 % par rapport à 2020. La consommation est également en retrait (-1,7 %) par rapport à la moyenne 5 ans. Les achats de fruits et légumes biologiques frais représentent 7,9 % des achats totaux de fruits et légumes frais.

LES COURS DES OLEAGINEUX MARQUENT LE PAS PARTOUT DANS LE MONDE

Depuis plusieurs jours, les cours du colza en Europe, du soja aux Etats-Unis et au Brésil, et du canola au Canada marquent le pas. La tonne de colza, sur le FOB Moselle, s’échangeait le 16 juin à 512 €, contre 540-550 € au cours du dernier mois. Sur Euronext, elle est même revenue au seuil de 500 €/t pour l’échéance d’août et un peu en dessous pour les échéances suivantes. Le canola canadien plafonne désormais à 600 US$, soit 50 dollars de moins que le mois précédent, et la tonne de soja à Chicago est cotée à Chicago à 535 $, en repli également. Des chiffres en baisse alors que les dernières statistiques du département américain de l’Agriculture (USDA) montrent que les stocks sont quasi à sec et que l’activité de trituration, actuellement très rentable compte tenu de l’envolée du prix des huiles et des biocarburants, bat son plein. Mais voilà, une grande incertitude s’est installée quant au coup de frein que l’administration américaine de Joe Biden pourrait infliger aux biocarburants. Le président américain affiche pourtant une volonté sans faille de lutter contre le changement climatique, contrairement à son prédécesseur, mais il y aurait une volonté d’infléchissement de la politique volontariste notamment vis à vis des biodiesels. Les taux d’incorporation pourraient être “assouplis”, c’est-à-dire revus à la baisse, ce qui nuirait finalement aux producteurs de soja américains, et par effet de conséquence, aux cours des marchés mondiaux y compris ceux du colza en France. La crainte des analystes est d’autant plus vive que les niveaux de prix très élevés de la campagne en cours incitent tous les producteurs d’oléagineux à augmenter leurs surfaces de semis. Les Brésiliens, premiers producteurs de soja, attendent ainsi une récolte record de plus de 137 millions de tonnes, contre 128 Mt l’an dernier. Aux Etats Unis, l’USDA prévoit une récolte de 120 Mt, d’environ 10 % supérieure à l’année dernière. L’ensemble de la production de graines oléagineuses dans le monde doit atteindre 633 Mt, pour partie utilisée dans les biocarburants, dont la production ne cesse de croître. Pour comparaison, la France va produire moins de 3 Mt de colza en 2021, l’Europe quelque 17 Mt, une goutte d’eau dans l’océan du marché mondial des oléagineux. Les prix étant dictés par les marchés mondiaux, la décision du président américain est très attendue d’autant qu’elle pourrait influencer d’autres dirigeants politiques.

 

Contact

Service affaires publiques FNSEA
mail : guillaume.lidon@reseaufnsea.fr
tél : 01 53 83 48 92 
 

 

 

Vous aimeriez lire aussi

Le Fil Agricole n°53
N°53 – Semaine du 19 juillet 2021 Alors que les moissons battent leur plein, le...
Fil Agricole n°52
N°52 – Semaine du 05 juillet 2021 ACTUALITÉS AGRICOLES COMPTES NATIONAUX DE L’AGRICULTURE : LA...
Le Fil Agricole n°51
N°51 – Semaine du 28 juin 2021 ACTUALITÉS AGRICOLES RAPPORT DU HAUT CONSEIL POUR LE...