En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Microsoft Clarity

Les cookies de Microsoft Clarity permettent de connaitre la frequentation du site et le parcour utilisateur.

Menu

Le Fil Agricole n°63

7 janvier 2022

N°63 – Semaine du 03 janvier 2022

La FNSEA vous adresse ses meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2022. Une année qui appelle, plus que jamais, à amplifier la reconquête de notre souveraineté alimentaire et à célébrer l’agriculture française dans toute sa diversité !

ACTUALITÉS AGRICOLES

BAROMETRE DE CONJONCTURE AGRICOLE IFOP / FNSEA : UN PANORAMA RICHE D’ENSEIGNEMENTS POUR LES CANDIDATS A LA PRESIDENTIELLE

La FNSEA publie ce vendredi 07 janvier son baromètre d’opinion biannuel réalisé avec le concours de l’IFOP auprès des agriculteurs. Celui-ci rend compte de l’opinion des agriculteurs sur leur perception de la situation économique de leur exploitation et de celle du pays ainsi que du jugement qu’ils portent sur l’action des pouvoirs publics. Réalisés du 2 au 27 novembre 2021, les résultats de l’étude révèlent, à l’instar des autres secteurs économiques, que le secteur agricole est revenu à son niveau d’avant crise, avec 29% des exploitants (+ 7points en un an) qui estiment que la situation économique actuelle de leur exploitation est bonne, soit une proportion identique à celle mesurée en mars 2020 avant le début de la crise. Sans réelle surprise compte tenu des lourds aléas climatiques et de la hausse des matières premières qui ont pesé sur l’agriculture en 2021, près de 40% des agriculteurs interrogés témoignent de difficultés importantes dans leur activité. Ces difficultés, principalement liées à des charges d’exploitation trop lourdes (+ 16 points en 1 an) ont logiquement des répercussions sur l’optimisme qu’ils expriment quant à l’avenir de leur propre activité. Ils demeurent toutefois 6 sur 10 à estimer que la situation financière de leur exploitation restera stable au cours des trois prochains mois. Dans un contexte pré-électoral et au démarrage de la présidence française de l’UE, c’est avec prudence que les agriculteurs regardent la classe politique. Alors que la campagne présidentielle débute, l’indice de confiance des personnalités politiques reste faible. 42% des agriculteurs ne se retrouvent pas dans l’offre politique du moment. La FNSEA appelle les candidats à prendre la mesure de ces résultats et à porter dans leur programme une véritable ambition pour le secteur agricole. Téléchargez ICI l’étude IFOP / FNSEA.

ZONES DE NON-TRAITEMENT (ZNT) : LES AGRICULTEURS EN ATTENTE DE REPONSES FORTES

Le Gouvernement a mis en consultation du public les textes révisant le cadre juridique des Zones de Non-Traitement (ZNT) jusqu’au 11 janvier, zones qui interdisent aux agriculteurs l’utilisation de produits phytosanitaires entre les limites de leurs parcelles (plusieurs distances retenues) et les zones riveraines. Ces nouveaux arbitrages se traduisent par un retrait considérable de terres de la production agricole, dont les agriculteurs seront les seuls à supporter la perte financière. La FNSEA appelle donc l’Etat à compenser financièrement toutes les pertes de production engendrées dès le premier mètre concerné par le non-traitement de ces zones. L’occasion de rappeler aussi à l’Etat que cette mesure provoque une distorsion de concurrence flagrante au sein même de l’Union européenne. Soit la santé publique impose des distances minimales de traitement qui s’appliquent à l’identique partout en Europe, soit ce n’est pas le cas et il parait injustifié d’imposer de telles restrictions aux seuls agriculteurs français.

PROJET DE LOI GESTION DES RISQUES : L’APPLICATION DU RÈGLEMENT OMNIBUS POUR TOUS EST UNE PRIORITÉ

Examiné en commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale ce jeudi, le projet de loi portant sur la réforme des outils de gestion des risques climatiques en agriculture, sera débattu en séance publique le 12 janvier. Ce texte formalise l’expression de la solidarité nationale dans le système assurantiel par la création d’un nouveau régime universel d’indemnisation avec un partage équitable du risque entre l’État, les agriculteurs et les assureurs. Si la FNSEA s’inscrit dans la philosophie ce texte qui permet une meilleure prise en compte du risque climatique en agriculture, il est essentiel que le débat parlementaire puisse consolider l’architecture initiale. Concernant l’intégration dans le projet initial, des termes du règlement « Omnibus », c’est-à-dire la possibilité d’intervention des fonds publics dans l’assurance récolte, la FNSEA estime qu’il faut aller plus loin avec une application complète de ce règlement. En effet, il convient d’inscrire de manière ferme les seuils prévus par le règlement européen Omnibus qu’il soit sur l’appui à la cotisation (à hauteur de 70 % du montant) et du déclenchement de l’assurance (20 % de perte), à toutes les productions et aux contrats d’assurance à la nature de culture pour créer une dynamique positive en affichant une réelle amélioration par rapport à l’offre assurantielle actuelle. Cette amélioration est la condition sine qua non pour atteindre l’objectif poursuivi par le projet de loi, et créer les conditions favorables aux futures discussions sur les curseurs de nature réglementaire.

EPITERRE : FNSEA ET IMAGIN’RURAL S’ASSOCIENT POUR DONNER NAISSANCE À UNE SOCIÉTÉ DE PRESTATIONS DE SERVICE ENVIRONEMENTAL

La FNSEA et Imagin’Rural, ont signé le 21 décembre les statuts actant leur union au sein d’une nouvelle société : Epiterre. Depuis 2019, la démarche porte avec succès, une offre clés en main de conception de projets de territoire avec les agriculteurs pour valoriser et produire des services environnementaux. Déjà plus d’une quinzaine de projets ont été lancés dans plusieurs régions (Centre-Val-de-Loire, Occitanie, PACA, AURA…). Répondant à une attente sociétale forte sur les enjeux climatiques et la protection de l’environnement, cette démarche Epiterre, par son expertise et son ancrage territorial, se positionne aujourd’hui comme un acteur de référence dans ce domaine. Cette structuration en forme sociétaire a une raison d’être forte : valoriser les actions engagées au quotidien par les agriculteurs en matière de biodiversité et d’environnement et engager ainsi une dynamique positive pour aider les agriculteurs à relever le défi de la transition écologique. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site internet d’Epiterre : https://epiterre.fr

ACTUALITÉS EUROPÉENNES ET INTERNATIONALES

PRÉSIDENCE FRANÇAISE DE L’UNION EUROPÉENNE (PFUE) : LES ATTENTES ET PROPOSITIONS DE LA FNSEA POUR UNE AGRICULTURE DURABLE, DYNAMIQUE ET VIABLE

Depuis le 1er janvier, la France a pris la présidence tournante du Conseil de l’Union Européenne. Cette présidence intervient à un moment clé des discussions du Pacte Vert, sur les stratégies « de la Ferme à la Table », « Biodiversité 2030 », du plan d’action pour la neutralité carbone « Fit for 55 », mais aussi de la révision de la politique commerciale pour « une autonomie stratégique ouverte ». L’agriculture, ciment de la construction européenne, a un rôle stratégique à jouer pour participer pleinement à cette ambition et pour poser les conditions lui permettant de devenir le fer de lance d’une Europe forte, souveraine et durable. Pour cela, la FNSEA propose un plan d’actions qui s’articule en 4 axes stratégiques : mieux rémunérer les agriculteurs et mieux informer les consommateurs pour permettre une redistribution plus équitable de la valeur ajoutée dans la chaine de production ; intégrer la durabilité aux politiques commerciale et extérieure européennes pour permettre aux agriculteurs de poursuivre leur effort pour une transition agroécologique, tout en les protégeant d’une concurrence déloyale ; allier compétitivité et durabilité de l’agriculture ; et promouvoir l’Agriculture comme solution contre le changement climatique. Retrouvez les propositions détaillées de la FNSEA, ICI

PAC 2023 : 9 ÉTATS MEMBRES EN RETARD DANS LA TRANSMISSION DE LEUR PLAN STRATÉGIQUE NATIONAL (PSN)

Au 6 janvier 2022, ils seraient 9 États membres à ne pas avoir transmis leur Plan Stratégique National (PSN) à la Commission européenne au 1er janvier. Parmi les retardataires : l’Allemagne, la Belgique (qui va déposer 2 PSN : un pour la Flandre et un autre pour la Wallonie), la Bulgarie, la République tchèque, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, la Roumanie et la Slovaquie. Il se peut même que certains pays aient plusieurs semaines de retard, en revanche les 18 autres pays, dont la France, ont respecté les délais. La Présidence française du Conseil de l’UE (PFUE) a prévu d’organiser un débat le 21 mars, au sein du Conseil “Agriculture”, sur le sujet de l’approbation de ces PSN de la PAC.

BAROMÈTRE HEBDOMADAIRE DES PRODUCTIONS AGRICOLES

Le baromètre hebdomadaire des productions agricoles et le fil rouge de l’actualité des filières nationales et de leurs marchés.

CRISE DE LA GRIPPE AVIAIRE : 600 000 VOLAILLES DEJA ABATTUES…

Ce sont déjà 600 à 650 000 volailles qui ont été abattues en un mois a indiqué le ministère de l’Agriculture. Au 4 janvier 2022, la France comptait 41 foyers de grippe aviaire en élevage, principalement dans le Sud-Ouest et dans les zones de concentration. Il faut noter qu’à la même époque en janvier 2021, ce sont plus de 60 foyers qui avaient été comptabilisés, ce qui représente 35 % de moins. Le ministère a également annoncé avoir étendu les mesures de prévention pour le transport des volailles dans le but de limiter les risques de contamination dans une zone d’élevage à risque élevé de diffusion du virus. Ce périmètre est désormais étendu à 20 km contre 10 km auparavant. Par ailleurs, un dispositif d’accompagnement économique viendra soutenir les couvoirs qui perdent des débouchés et les éleveurs qui devront maintenir un vide sanitaire dans leurs élevages. L’an dernier, près de 500 foyers avaient été recensés dans les élevages français, la plupart dans le Sud-Ouest et environ 3,5 millions de volailles, essentiellement des canards, avaient été abattues.

COMMERCE AGROALIMENTAIRE EUROPÉEN : 239,5 MILLIARDS D’EUROS DE CHIFFRE D’AFFAIRES SUR LES 9 PREMIERS MOIS DE 2021, SOIT +6 %

La Commission européenne a indiqué que le chiffre d’affaires total du commerce agricole et agroalimentaire européen avait atteint 239,5 milliards d’euros (Md€) entre janvier et septembre 2021. Cela représente une hausse de +6 % par rapport à la même période de 2020. Les exportations s’élèvent à 145,2 Md€, en hausse de +8 % tandis que les importations, avec 94,3 Md€ croissent de +3,5 %. L’excédent des échanges s’affiche à 51 Md€, en augmentation de +17 % par rapport à la même période. Dans le détail, ce sont les exportations avec les Etats-Unis qui ont connu la plus forte augmentation avec +15 %. Côté importations, c’est le Brésil qui a gagné quelques parts de marché, avec une croissance en hausse de +16 % par rapport à 2020. Une fois de plus, ce sont les vins et spiritueux qui, en Europe, tirent les échanges à la hausse.

 

 

Contact

Service affaires publiques FNSEAmail : guillaume.lidon@reseaufnsea.frtél : 01 53 83 48 92  

Vous aimeriez lire aussi

Le Fil Agricole n°85
N°85 – Semaine du 26 septembre 2022   ACTUALITÉS AGRICULTURE : UN BUDGET A 6 MILLIARDS...
Le Fil Agricole n°84
N°84 – Semaine du 19 septembre 2022 ACTUALITÉS COPA : CHRISTIANE LAMBERT REELUE La présidente...
Le Fil Agricole n°83
N°83 – Semaine du 12 septembre 2022 ACTUALITÉS EMMANUEL MACRON ANNONCE UN PACTE DE RENOUVELLEMENT...