En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Microsoft Clarity

Les cookies de Microsoft Clarity permettent de connaitre la frequentation du site et le parcour utilisateur.

Menu

Le Fil Agricole n°78

15 juillet 2022

N°78- Semaine du 11 juillet 2022

ACTUALITÉS

 « LA GRANDE DISTRIBUTION A ENCORE DES MARGES » SELON LE MINISTRE DE L’AGRICULTURE ET DE LA SOUVERAINETÉ ALIMENTAIRE

Dans une interview du 9 juillet, le ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Marc Fesneau a affirmé que « la grande distribution a encore des marges d’action pour contenir les prix de l’alimentation, notamment via les promotions ». Concernant les promotions, on peut aller aujourd’hui jusqu’à 34 % de rabais, or on constate que dans la plupart des cas la grande distribution n’est qu’à 21 %. Pour le Ministre, l’augmentation des prix agricoles est le produit de la crise en Ukraine. Ce n’est pas une inflation d’emballement du moteur économique, c’est une inflation importée, principalement par la hausse du coût de l’énergie. Rappelant qu’il faut construire le prix à partir du coût producteur, et non pas du prix distributeur il se dit favorable au chèque alimentaire mais plaide pour une meilleure rémunération des agriculteurs, facteur primordial.

RECENSEMENT AGRICOLE : UN TIERS DES EXPLOITATIONS DANS L’INCERTITUDE SUR LEUR DEVENIR

Selon le dernier recensement agricole de 2020, 496 365 chefs et coexploitants dirigeaient une exploitation agricole en France métropolitaine, soit 18 % de moins qu’en 2010. Le nombre d’agriculteurs diminue dans toutes les tranches d’âge sauf entre 60 et 75 ans. En termes d’âge moyen peu d’évolution significative : les exploitants avaient en moyenne 51,4 ans en 2020, contre 50,2 ans dix ans plus tôt. Même si la part des moins de 40 ans se maintient autour de 20 %, celle des 60 ans et plus est passée de 20 % à 25 % entre 2010 et 2020. Les exploitants considérés comme « séniors », à partir de 55 ans, représentent désormais 43 % des effectifs, soit 7 points de plus qu’en 2010. Ils sont particulièrement nombreux dans l’Ouest francilien, en Normandie et dans le Sud-Ouest ainsi qu’autour littoral méditerranéen. A contrario, la proportion d’exploitants âgés de 55 ans et plus est plus faible dans les Pays de la Loire et en Bourgogne-Franche-Comté. La moitié des exploitations recensées en 2020 en France métropolitaine étaient dirigées par au moins un exploitant âgé de 55 ans et plus. Dans le détail, cette proportion était plus élevée en cultures fruitières (55 %), en grandes cultures (54 %), en viande bovine (52 %) et en viticulture (51 %). En revanche, elle était plus faible dans le maraîchage-horticulture ou dans les élevages de porcs et de volailles. Parmi les exploitations dirigées par des « séniors », se pose la question de leur devenir pour celles où travaille au moins un exploitant ayant déjà dépassé 60 ans. Il s’agit d’un peu plus d’un quart des exploitations (104 000). Dans ces fermes, un tiers des agriculteurs concernés ne savaient pas ce que va devenir leur ferme dans les trois prochaines années. Cette incertitude était particulièrement marquée dans les micro-exploitations et se réduisait au fur et à mesure que la taille économique augmentait. Un autre tiers n’envisageait pas pour l’instant leur départ, une tendance plus fréquente chez éleveurs ovins-caprins (40 %), les arboriculteurs (39 %) et les viticulteurs (38 %). Un quart seulement prévoyait une reprise de l’exploitation par un membre de la famille ou par un tiers. Enfin peu d’agriculteurs prévoient une disparition de leur exploitation pour l’agrandissement d’autres fermes et encore moins pour un usage non agricole.

ACTUALITÉS INTERNATIONALES ET EUROPEENNES

LA RUSSIE CONTRÔLERAIT 22 % DES TERRES AGRICOLES UKRAINIENNES

Selon les chercheurs de la NASA qui ont analysé des images du satellite Sentinel-2, la Russie contrôlerait 22 % des terres agricoles ukrainiennes dans l’Est et le Sud du pays. Ce contrôle concernerait 28 % des céréales d’hiver (orge, blé, seigle) et 18 % des récoltes d’été (maïs, tournesol). Selon les estimations de la principale association de producteurs et exportateurs d’Ukraine, les récoltes s’annoncent en repli de 40 % pour le blé et de 30 % pour le maïs. Par ailleurs, le blocage des ports de la Mer Noire et de la Mer d’Azov a entravé l’exportation de 25 millions de tonnes de grains.

À PARTIR DU 15 NOVEMBRE 2022 : 8 MILLIARDS D’HUMAINS À NOURRIR ET UN BESOIN D’AUGMENTER LA PRODUCTIVITÉ AGRICOLE DE 30 %

Selon les projections du département des affaires économiques et sociales de l’ONU, la terre atteindra le nombre de 8 milliards d’êtres humains le 15 novembre prochain. En 1900, la terre ne comptait que 1,6 milliards d’êtres humains, et 7 milliards en 2011. Selon ces mêmes prévisions et bien que le rythme de croissance soit plus lent depuis 1950, la population mondiale devrait atteindre 8,5 milliards en 2030 et 9,7 milliards en 2050. Or, dans le même temps, le monde perd 100 000 km2 de terres arables chaque année. Selon une projection 2009 de l’INRA-CIRAD, le besoin de nouvelles terres arables en 2050 devrait être de 590 millions d’hectares (5,9 millions de km2) pour répondre à la demande en nourriture. La Surface Agricole Utilisée (SAU) mondiale représente aujourd’hui, environ 4,9 milliards d’ha (49 millions de km2). Dans un récent rapport, la FAO et l’OCDE ont plaidé pour augmenter la productivité agricole d’au moins 30 %.

BAROMÈTRE HEBDOMADAIRE DES PRODUCTIONS AGRICOLES

Le baromètre hebdomadaire des productions agricoles et le fil rouge de l’actualité des filières nationales et de leurs marchés.

BLÉ : RÉVISION À LA BAISSE DE LA PRODUCTION MONDIALE DE 1,8 MILLIONS DE TONNES

Selon un rapport du ministère américain de l’Agriculture (USDA), la récolte mondiale de blé pourrait être moins importante que prévu, en raison de 2 facteurs : la sécheresse qui sévit en Europe et la guerre en Ukraine. Alors que l’USDA tablait mi-juin sur 773,4 millions de tonnes (Mt), elle estime que l’actuelle campagne ne devrait atteindre que 771,6 Mt, soit une baisse d’1,8 Mt. Toujours selon l’USDA, l’Europe récolterait, en raison de la sécheresse qui sévit actuellement, environ 2 Mt de blé en moins. La production ukrainienne chuterait aussi de 2 Mt en raison de la guerre qui entraine moins de surfaces emblavées et moissonnées. Le ministère ukrainien de l’Agriculture pense quand même pouvoir produire environ 20 Mt de blé cette année.

GRIPPE AVIAIRE : LA PLUS GRANDE ÉPIZOOTIE DE TOUS LES TEMPS

Selon les chiffres publiés par l’Agence européenne de sécurité sanitaire (EFSA), plus de 5 300 cas d’influenza aviaire ont été constatés dans 36 pays, dont 1 200 entre mars et juin 2022, à la fois sur des oiseaux sauvages et volailles d’élevage. Il s’agit de la plus grande épizootie aviaire de tous les temps. Au total 2 398 cas ont concerné des volailles d’élevage, ce qui a entrainé l’abattage de 46 millions de têtes. 68 % des cas se situaient en France, 24 % en Hongrie, les autres pays enregistrant moins de 2 % des foyers. Les cas les plus nombreux sur oiseaux sauvages ont été signalés en Allemagne avec 159 cas, aux Pays-Bas, 98 cas, et en Grande-Bretagne 48 cas. L’EFSA estime que ce virus est devenu endémique avec des pics d’apparition en automne et en hiver.

Contact

Service affaires publiques FNSEAmail : xavier.jamet@reseaufnsea.frtél : 01 53 83 48 92  

Vous aimeriez lire aussi

Le Fil Agricole n°85
N°85 – Semaine du 26 septembre 2022   ACTUALITÉS AGRICULTURE : UN BUDGET A 6 MILLIARDS...
Le Fil Agricole n°84
N°84 – Semaine du 19 septembre 2022 ACTUALITÉS COPA : CHRISTIANE LAMBERT REELUE La présidente...
Le Fil Agricole n°83
N°83 – Semaine du 12 septembre 2022 ACTUALITÉS EMMANUEL MACRON ANNONCE UN PACTE DE RENOUVELLEMENT...