En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Microsoft Clarity

Les cookies de Microsoft Clarity permettent de connaitre la frequentation du site et le parcour utilisateur.

Menu

Le Fil Agricole n°88

21 octobre 2022
N°88 – Semaine du 17 au 21 octobre 2022

ACTUALITÉS

PROCES DE FOIX : FORTE MOBILISATION DES AGRICULTEURS  

Ce sont plus de 2 000 personnes qui se sont rassemblées à Foix (Ariège) le 18 octobre pour soutenir six agriculteurs et chasseurs accusés d’avoir perturbé un rassemblement écologiste en 2018. Le jugement a été mis en délibéré jusqu’au 29 novembre.  Preuve de l’importance de ce qui pourrait passer pour un simple fait divers, la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert et le président de la Fédération nationale des chasseurs, Willy Schraen, ont fait le déplacement jusqu’à Foix le 18 octobre pour soutenir les six prévenus et « pour défendre la ruralité et la pastoralisme ». Des élus et non des moindres à l’instar du sénateur Jean-Jacques Michau, de la présidente du conseil départemental de l’Ariège, Christine Téqui, du vice-président du conseil régional Kamel Chibli et du député Laurent Panifous ont rejoint les manifestants.

REGIONS  DE FRANCE : UN RAPPORT SUR L’INSTALLATION

Un rapport présenté par Régions de France dresse l’inventaire des dispositifs mis en place par les régions pour accompagner les agriculteurs à transmettre leur exploitation et pour installer de nouveaux paysans.  Lydie Bernard, présidente déléguée de la Commission agriculture et vice-présidente de la région Pays de la Loire a récemment présenté le rapport de Régions de France sur “Les politiques régionales en faveur de l’installation et la transmission en agriculture”. Cette enquête effectuée auprès d’une quinzaine de régions dresse un panorama de leurs politiques conduites depuis 2017. Un des volets du rapport porte sur les montants des crédits de l’action régionale au cours des cinq dernières années. L’an passé, 188,6 millions d’euros (M€) de dotation jeunes agriculteurs (DJA) ont été versés par les régions – soit 59 M€ de plus qu’en 2017 – et 70,1 M€ ont été alloués en faveur du renouvellement des générations. Ces crédits sont adossés aux plans de développement régionaux (PDR) des régions. La quasi-totalité des DJA et des aides en faveur du renouvellement des générations est financée par les crédits européens du Feader du second pilier de la PAC (193 M€) et par l’État (50,4 M€). Sur ces 258 M€ (188 M€ + 70 M€), les régions n’ont ainsi alloué, sur leurs fonds propres, que 12 M€.  

INFLUENZA AVIAIRE : RENFORCEMENT DES MESURES 

Sur le front de la grippe aviaire, la situation sanitaire s’est dégradée ces derniers jours dans les régions Bretagne et Pays de la Loire. Ce qui a conduit le ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire à renforcer les mesures de préventions, a-t-il indiqué le 19 octobre dans un communiqué de presse. A la date du 14 octobre, ce ne sont pas moins de 25 foyers en élevage qui ont été confirmés dans 12 départements, dont 17 foyers dans les régions Bretagne et Pays de la Loire. Concrètement, ces deux régions auxquelles le département des Deux-Sèvres est ajouté deviennent une zone de contrôle temporaire (ZCT). « Dans toute cette zone, les mises à l’abri sont obligatoires et des tests réguliers en élevage et avant tout mouvement sont mis en place », précise le ministère. Depuis le 2 octobre, le niveau de risque a été relevé de « faible » à « modéré » sur l’ensemble du territoire français.  

ACTUALITÉS INTERNATIONALES ET EUROPEENNES

L’UE PLUS VULNERABLE SUR LE MAÏS

La campagne française de maïs, le corridor maritime sur la Mer Noire et les exportations européennes de céréales sont les trois principaux sujets traités lors du dernier conseil spécialisé grandes cultures de FranceAgriMer. Malgré une collecte de 8,7 Mt de maïs (10 Mt en récolte), inférieure de près de 4 Mt à celle de l’an passé, notre pays parviendra à exporter 3,4 Mt vers ses voisins européens (3 Mt) et vers les pays tiers (0,4 Mt). Sur un an, ses ventes ne baisseraient ainsi que de 2,1 Mt. Mais ce que notre pays ne produit pas et n’exporte pas, l’Union européenne (UE) l’importe. Au moins 21 Mt de maïs seraient ainsi importées du Brésil, d’Argentine ou d’Ukraine au cours de la campagne 2022/2023, soit 5 Mt de plus que l’an passé. Tous les pays européens producteurs de maïs ont été pénalisés cet été par des conditions de cultures estivales caniculaires si bien que seules 55 Mt de maïs seraient récoltées (-18 Mt sur un an).

L’ABATTAGE DES POUSSINS MALES EN DISCUSSION 

Les ministres de l’Agriculture européens considèrent qu’il faut mettre un terme rapidement à l’abattage des poussins mâles dans la filière des poules pondeuses à l’échelle européenne. La Commission européenne devrait faire une proposition en ce sens dans le cadre de la refonte de la législation sur le bien-être animal, l’an prochain. Réunis le 17 octobre à Luxembourg, les ministres européens de l’Agriculture ont eu un long échange de vue sur l’abattage des poussins mâles dans la filière poules pondeuses à l’initiative de la France et de l’Allemagne. Le sujet cristallise l’opposition des organisations de bien-être animal depuis de nombreuses années et l’opinion publique y est de plus en plus hostile. En ce domaine, la France et l’Allemagne ont déjà pris certaines initiatives. Lors du Conseil des ministres européens de l’Agriculture en juillet 2021, les deux pays ont demandé à la Commission européenne de réaliser une étude d’impact – toujours attendue – dans la filière pour une future interdiction. En Allemagne, l’interdiction de l’abattage des poussins mâles est en vigueur depuis janvier 2022. L’Autriche s’est rangée depuis peu à cette initiative. Le Luxembourg l’applique depuis 2018. De son côté, la France a mis en place un régime d’interdiction depuis janvier 2022 qui sera réellement effectif en janvier 2023, cette période transitoire d’un an ayant été décidée pour que les producteurs s’y préparent. 

BAROMÈTRE HEBDOMADAIRE DES PRODUCTIONS AGRICOLES

Le baromètre hebdomadaire des productions agricoles et le fil rouge de l’actualité des filières nationales et de leurs marchés.

INQUIETUDE SUR L’APPROVISIONNEMENT EN RIZ

Dans un communiqué de presse, le Syndicat de la rizerie française (SRF) qui regroupe des industriels français fabriquant des produits à base de riz « alerte sur les risques qui pèsent sur les approvisionnements en riz » . En cause, les conditions climatiques (inondations) en Inde et surtout au Pakistan qui ont fait perdre 250 000 tonnes de riz mais aussi les conséquences de la guerre en Ukraine car « l’Inde vient d’établir une interdiction pour l’exportation pour la brisure de riz ainsi qu’une taxe de 20 % sur l’exportation du riz », précise le communiqué. A cela s’ajoute la détérioration de la parité dollar-euro qui rend les achats plus chers et aussi le fait que « l’Union européenne a porté les droits de douane à l’importation des riz cargo de 30 à 65 €/tonne à compter du 1er septembre 2022 », souligne le SRF.  

Vous aimeriez lire aussi

Le Fil Agricole n°94 
N°94 – Semaine du 28 novembre au 2 décembre 2022 ACTUALITÉS RETRAITES AGRICOLES : LES 25...
Journée Nationale des vétérinaires : les éleveurs français sont inquiets !  
A l’heure où le maillage vétérinaire en France représente une réelle problématique, où l’on constate...
Le Fil Agricole n°93
N°93 – Semaine du 21 au 25 novembre 2022 ACTUALITÉS RETRAITES AGRICOLES : LE CALCUL SUR...