En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Microsoft Clarity

Les cookies de Microsoft Clarity permettent de connaitre la frequentation du site et le parcour utilisateur.

Menu

Le Fil Agricole n°89 

28 octobre 2022

N°89 – Semaine du 24 au 28 octobre 2022

ACTUALITÉS

INFLATION : LA FNSEA POUR UNE APPLICATION STRICTE D’EGALIM

La loi Egalim, rien qu’elle et toute elle. « La solution doit venir d’une application très stricte de la loi Egalim », indique la FNSEA dans un communiqué de presse le 27 octobre. Elle réclame notamment la prise en compte des indicateurs de coûts de production dans les contrats conclus par les producteurs ainsi qu’une meilleure prise en compte des coûts industriels et la fin de la facturation de pénalités logistiques. Par ailleurs, elle entend clore les négociations commerciales 2022 pour « laisser la place » à celles de 2023. Prônant une « indispensable solidarité » et appelant à pérenniser le relèvement du Seuil de revente à perte et l’encadrement des promotions, elle craint une  « rupture de la chaîne alimentaire ». Le risque est « omniprésent » et « la rupture (…) » inéluctable, souligne le syndicat agricole qui craint à demi-mot une hausse des volumes d’importation. Enfin, la FNSEA appelle à la mise en place d’un chèque alimentaire durable pour aider les consommateurs les plus fragiles.

GRIPPE AVIAIRE : L’INQUIETUDE GRANDIT EN FRANCE

Les foyers de grippe aviaire se multiplient un peu partout en France, principalement dans le Grand-Ouest et notamment dans les Pays de la Loire, l’une des principales régions de production de volailles et de canards reproducteurs pour le foie gras. Rien qu’en Vendée, trois élevages de dindes et quatre élevages de canards ont été contaminés ces dernières semaines (entre le 4 et le 19 octobre précisément) provoquant l’euthanasie de 83 500 volailles. Les mesures sanitaires de protection ont été mises en place. Le 26 octobre, après la découverte d’un cas de grippe aviaire dans un élevage de l’Ain, ce sont 22 communes du Beaujolais qui ont été placées sous surveillance. Un autre cas a été détecté dans un élevage de Beauchamps-sur-Huillard (Loiret) justifiant la mise en place d’une zone de contrôle temporaire de dix kilomètres autour du foyer épidémique. Selon le bilan du ministère de l’Agriculture au 25 octobre, la France comptait 36 foyers d’influenza aviaire en élevage, contre 25 une semaine plus tôt.

MAL-ETRE : LA FEUILLE DE ROUTE PRECISEE

Dans un communiqué du 25 octobre, le ministère de l’Agriculture indique avoir présidé, le 19 octobre un troisième comité national de pilotage sur la « Prévention du mal-être en agriculture ». A ce jour, ce sont 78 départements qui sont dotés de comités pléniers ou de comités techniques sur ce sujet. « D’ici la fin de l’année, ce sont tous les départements qui en seront dotés, conformément à l’engagement du Gouvernement », confirme le ministère. Le comité national a validé le principe d’une charte du réseau des sentinelles en agriculture, « qui repose sur la bienveillance et la confiance et garantit la confidentialité sur la situation des personnes en difficultés », poursuit le communiqué qui précise que le dispositif « VigilanS » de recontact des personnes ayant fait une tentative de suicide porté par le ministère de la santé va être déployé en agriculture. La feuille de route prévoit également d’agir sur les facteurs de mal-être. Cette question sera également traitée lors de la prochaine loi d’orientation et d’avenir agricole.

ACTUALITÉS INTERNATIONALES ET EUROPEENNES

LA DIPLOMATIE DES CEREALES SOUS TENSION  

« Une nouvelle géopolitique de la sécurité alimentaire mondiale. Quelle place pour la France et l’Europe ? », Tel était l’intitulé du forum organisé le 21 octobre par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) et le Club Demeter. La première table-ronde (sur trois) a dressé le bilan des crises actuelles.  La guerre en Ukraine rappelle que les céréales sont au cœur de la problématique de la stabilité de la planète, dans son ensemble. Ce qui explique qu’en ouverture du forum, par vidéo interposée, le président Emmanuel Macron ait parlé de « diplomatie des céréales ». Un haut-fonctionnaire du MEAE a d’ailleurs affirmé que Moscou « organisait la pénurie » et « faisait un chantage à la sécurité alimentaire ». Certes les corridors maritimes en Mer noire sont en place depuis le 22 juillet. Ils ont permis de faire partir plus de dix millions de tonnes (Mt) de céréales d’Ukraine et ainsi participé à la stabilisation des marchés mondiaux, même si les cours restent élevés à environ 330 euros/tonne. Mais l’accord pour ces corridors ne tient que jusqu’au 19 novembre prochain. Après cette date, quelle sera l’attitude des Russes dont les récoltes sont quantitativement excellentes (environ 100 Mt) mais peu qualitatives car trop humides ? Les experts sont plutôt partagés. Pour Arnaud Petit, directeur général du Conseil international des céréales (CIC), le risque est « réel » que Vladimir Poutine ne le reconduise pas. Il faut aussi craindre un manque de disponibilité sur le blé meunier et, en plus d’une possible désorganisation logistique, appréhender un retour de la Niña en Amérique du Sud, ce qui compromettrait les récoltes brésiliennes et argentines, dont les résultats seront connus en février/mars prochain. Thomas Gomart, directeur général de l’Institut français des relations internationales (IFRI) pense que la Russie aurait « tout intérêt à prolonger l’accord fin novembre pour poursuivre le corridor », mais que la volonté de son dirigeant, Vladimir Poutine, de basculer dans une logique autarcique pourrait être supérieure à celle de contribuer au système alimentaire mondial.

BAROMÈTRE HEBDOMADAIRE DES PRODUCTIONS AGRICOLES

Le baromètre hebdomadaire des productions agricoles et le fil rouge de l’actualité des filières nationales et de leurs marchés.

FOIE GRAS : UNE BAISSE HISTORIQUE DE LA PRODUCTION  

Le Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (Cifog) a organisé le 20 octobre une conférence de presse au cours de laquelle ses dirigeants ont établi un point de situation sur la filière. Les stocks pour la fin de l’année seront limités et le foie gras plus cher car la production a fortement chuté.  « C’est la conséquence directe de la grippe aviaire qui, fait exceptionnel, n’a jamais quitté le territoire et s’est maintenu dans la faune sauvage : la production de foie gras devrait chuter cette année de 30 à 35 % en comparaison de 2021 et de 43 % par rapport à 2020 », a annoncé Eric Dumas, président du Cifog. Autrement dit, la production devrait atteindre environ 10 000 tonnes, ce qui ne s’était pas vu depuis le milieu des années 1990. Ce « recul historique » est également dû à la flambée des coûts de production (+30 % sur les deux dernières années) et au manque de reproducteurs. Sur les 19 millions de volailles abattues, presque quatre millions étaient des canards, « sans compter ceux qui n’ont pas pu être produits », a ajouté le président du Cifog.

ALIMENTATION ANIMALE : UNE PRODUCTION EN BAISSE DE 3,5 %

« La production d’aliments composés pour animaux de ferme diminue de 3,5 % sur un an » entre août 2021 et août 2022, a indiqué Agreste dans une récente note de conjoncture. Le service statistique du ministère de l’Agriculture indique aussi que les prix « ont fortement augmenté » pendant cette même période. La production d’aliments composés pour porcins recule de 4,3 % et celle pour volailles baisse de 10,1 % par rapport à août 2021. Si la fabrication d’aliments pour vaches laitières sont reparties à la hausse (+11 %), elle recule cependant d’1,9 % sur les huit premiers mois de 2022 en comparaison des huit premiers mois de 2021. Agreste note par ailleurs, qu’en juillet 2022, les incorporations d’orge (-44,6 %) et de blé (-34,1 %) étaient en forte baisse sur un an, en lien avec l’envolée des prix (+48,5 % pour l’orge et +59,5 % pour le blé). Les incorporations de tourteau de colza (-21,6 %) sont également en forte baisse sur un an. En revanche, les incorporations de tourteau de tournesol (+1,1 %), et plus encore celles de tourteau de soja (+25,5 %), augmentent sur un an. 

Vous aimeriez lire aussi

Le Fil Agricole n°94 
N°94 – Semaine du 28 novembre au 2 décembre 2022 ACTUALITÉS RETRAITES AGRICOLES : LES 25...
Journée Nationale des vétérinaires : les éleveurs français sont inquiets !  
A l’heure où le maillage vétérinaire en France représente une réelle problématique, où l’on constate...
Le Fil Agricole n°93
N°93 – Semaine du 21 au 25 novembre 2022 ACTUALITÉS RETRAITES AGRICOLES : LE CALCUL SUR...