En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Google analytics

Les cookies de google analytics permettent de connaitre la fréquentation du site.

Menu

Lettre ouverte aux décideurs réunis lors de la COP15 Biodiversité de Kunming

11 octobre 2021

« Agriculture et biodiversité sont des alliés interdépendants »

Mesdames et Messieurs les décideurs des Etats signataires de la Convention sur la Diversité biologique,

du 11 au 15 octobre 2021, à l’occasion de la 15ème réunion de la Conférence des parties à la Convention sur la diversité biologique (COP 15), vous incombera la prérogative de définir les perspectives et engagements pour la protection et le développement de la biodiversité à l’échelle mondiale.

Le déclin général de la biodiversité dans le monde est attesté par de nombreuses études scientifiques. Le lien entre la santé de la nature, la santé des animaux et in fine la santé humaine n’est plus à démontrer. C’est un fait la dégradation du vivant menace nos conditions de vie.

Si la pression des activités humaines sur la biodiversité est une des causes majeures de son effondrement, la FNSEA, en tant que syndicat majoritaire de la profession agricole en France, soutient que l’agriculture et la biodiversité sont des alliés interdépendants dont il ne faut pas dissocier les objectifs, surtout dans un contexte de lutte contre le changement climatique. Raison pour laquelle nous nous inquiétons de l’intérêt d’une COP consacrée à la biodiversité qui n’aborde pas le rôle de l’agriculture comme moyen et solution pour atteindre les buts fixés.

Pourtant, il existe des faits, pragmatiques et scientifiquement avérés, qui doivent être pris en compte pour acter les bons choix stratégiques d’avenir. A ce titre, la FNSEA tient à rappeler les 4 principaux engagements pragmatiques de l’agriculture en faveur de la biodiversité :

  • L’agriculture française participe à la préservation de la biodiversité ordinaire et exceptionnelle.

La profession agricole est, par nature, le principal aménageur paysager, avec les champs, les côteaux, les haies, les prairies, les mares, les bosquets, les estives…. qui représentent des réservoirs de biodiversité exceptionnels. La biodiversité ordinaire, socle de notre vie quotidienne, réside dans la diversité des espèces animales, des variétés cultivées, des mosaïques paysagères et des sentiers entretenus. Engagée dans le dynamisme rural, la FNSEA soutient partout en France les initiatives allant dans le sens de la préservation des territoires. Car la France est forte de la diversité de ses modèles agricoles, et reconnue comme l’une des plus durables au monde !

  • L’agriculture est un acteur majeur de la lutte contre le changement climatique, dont la biodiversité est un levier essentiel.

Des milieux riches en diversité floristique et faunistique sont plus à même de s’adapter aux événements climatiques intenses, comme les inondations et les sécheresses. En ce sens, la FNSEA accompagne la structuration et la valorisation de nombreux services environnementaux rendus par les agriculteurs aux secteurs d’activité plus polluants, comme la captation du carbone pour la réduction des GES ou la plantation de haies, qui développent habitats et sources de nourriture favorables aux insectes pollinisateurs, notamment.

  • L’agriculture française est engagée dans un grand mouvement de transformation agroécologique.

Au quotidien, dans tous les territoires, dans toutes les filières agricoles, sous l’impulsion de la FNSEA et avec le soutien des acteurs techniques et du conseil, les agriculteurs développent, testent et mettent en œuvre, des pratiques favorables à la biodiversité et qui limitent les externalités négatives sur l’environnement : utilisation raisonnée des intrants, choix de variétés de semences adaptées et résilientes, gestion fine de l’irrigation et apport des technologies embarquées dans le machinisme agricole participent à rendre l’agriculture française productive, tout en étant moins impactante sur les milieux.

L’agriculture s’appuie sur la recherche et l’innovation comme vecteurs d’accélération de la transition agroécologique et est attachée à un partage des connaissances et une accessibilité de tous aux nouvelles technologies, comme la recherche en génie génétique ou le numérique agricole.

  • L’agriculture française est acteur de l’économie circulaire et de la transition énergétique.

La Ferme France se distingue par la propreté de ses fermes. Avec plus de 20 partenaires, la FNSEA est à l’initiative de la création d’une filière de recyclage des déchets agricoles qui tourne aujourd’hui à plein régime : le taux de récupération avoisine les 80% et celui du recyclage dépasse les 90%.
Les agriculteurs fournissent aussi des sources d’énergie renouvelables via la méthanisation, l’agrovoltaïsme ou l’éolien et participent ainsi à la diversification énergétique de la France.

L’identification et le déploiement de ces pratiques toujours plus vertueuses et favorables à la biodiversité nécessitent des moyens adaptés, pour la recherche scientifique et l’accompagnement sur le terrain. Ils nécessitent aussi des objectifs réalistes, des politiques publiques volontaristes et des réglementations pragmatiques, basées sur les études d’impact soigneusement évaluées.

Pour toutes ces raisons, Mesdames et Messieurs les décideurs, la FNSEA, au nom des agriculteurs français, vous demande de prendre en compte dans vos réflexions et ambitions pour la biodiversité mondiale, le rôle indispensable de l’agriculture. Acteurs du changement, nous soutenons que l’agriculture est une solution pour une biodiversité durable et partagée. Ecoutez la voix de ceux qui, tous les jours, s’attachent à respecter et à faire fructifier le vivant.

Enfin, nous le redisons : la biodiversité est un levier essentiel à la lutte contre le changement climatique. A quelques semaines de l’ouverture de la COP 25 de Glasgow, nous appelons à un rapprochement des COP biodiversité et COP climat. Les objectifs et les moyens doivent être coordonnés et mutualisés. L’agriculture est engagée dans une logique de réussite, il ne tient qu’à vous d’engager la dynamique de la victoire.

Christiane Lambert,
Présidente de la FNSEA

Vous aimeriez lire aussi

« Si l’on veut une industrie bas carbone, l’agriculture est un secteur de solutions » France 2030 – Retour sur les annonces du Président de la République
Devant 200 chefs d’entreprises, étudiants et acteurs syndicaux, dont la FNSEA, le Président de la...
Propositions de rentrée : échanges avec les députés
A l’occasion d’un petit déjeuner organisé le 29.09, la FNSEA a pu partager avec les...
Notre raison d’être, notre mission !
Nos valeurs syndicales fêtent leurs 75 ans. Humanité, solidarité, responsabilité, sens de l’initiative collective, ancrage...