En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Microsoft Clarity

Les cookies de Microsoft Clarity permettent de connaitre la frequentation du site et le parcour utilisateur.

Menu

L’interview – Arnaud Rousseau pour l’AFP

14 juin 2024

L’agriculture française, dépendante des échanges et de travailleurs saisonniers étrangers, « a besoin de rester dans un monde ouvert », a déclaré jeudi à l’AFP Arnaud Rousseau, président du premier syndicat agricole, promettant une FNSEA « exigeante » face au gouvernement qui sera issu des prochaines législatives.


AFP : Comment se positionne la FNSEA à moins de trois semaines des législatives ?
Arnaud Rousseau : « On est dans une période de très fortes incertitudes. L’objectif numéro un de la FNSEA dans ce moment précis, c’est de rester le repère qu’elle a toujours été pour l’agriculture, c’est-à-dire un syndicat qui rassemble des agriculteurs d’obédiences parfois très différentes sur le plan politique, mais qui assume de réaffirmer que l’Europe est le cœur du réacteur agricole, qu’on a besoin de rester dans un monde ouvert, d’échanges régulés, et que le protectionnisme ou la renationalisation ne tiennent pas à l’aune de la réalité. »

AFP : Que vous inspirent les positions du Rassemblement national (RN) de Jordan Bardella sur les questions d’immigration, et en particulier la main-d’œuvre étrangère ?
Arnaud Rousseau : « La FNSEA comme toujours porte le pragmatisme. Aujourd’hui, un viticulteur, un producteur de fruits et de légumes du sud de la France cherche de la main-d’œuvre. La FNSEA a travaillé avec le gouvernement français et le gouvernement marocain pour permettre la venue de travailleurs marocains pour faire les travaux. On ne peut pas à ce stade se passer de cette main-d’œuvre qualifiée.

Dans l’hypothèse où M. Bardella serait élu, je me battrai pour qu’on propose des solutions aux producteurs qui ne trouvent pas de main-d’œuvre locale. »

AFP : Vous plaidez pour des échanges, mais plusieurs partis, dont le RN ou La France insoumise (LFI) veulent sortir des accords de libre-échange…
Arnaud Rousseau : « J’affirme que l’agriculture française a besoin de continuer à commercer dans toutes les productions : bien sûr les vins et spiritueux, les céréales, les produits laitiers, mais aussi en porc, en élevage bovin. En ce moment, les producteurs de porc s’inquiètent des menaces de rétorsion de la Chine sur les parties qui ne sont pas consommées en Europe, je pense au museau, aux oreilles. Les éleveurs bovins m’interrogent aussi tous les jours : « Quand est-ce que l’Algérie va rouvrir » son marché aux animaux vivants français? »

AFP : Que pensez-vous de la vision agricole portée par l’extrême droite ?
Arnaud Rousseau : « J’ai vu que M. Bardella était favorable à « l’exception agriculturelle« . Je cherche à savoir de quoi il s’agit. Il ne m’a pas échappé que ce sont les mots de la Coordination rurale (2e syndicat agricole). Mais une fois qu’on a dit ça… A la FNSEA, on a toujours mis un point d’honneur à ce qu’on ne soit pas simplement dans les concepts.

M. Bardella parle aussi de la « renationalisation » de la PAC… J’ai quelques inquiétudes. Les Britanniques ont joué à ce jeu, en renationalisant leur agriculture. Aujourd’hui, ils ont une agriculture qui est exsangue. Et encore une fois, ce n’est pas un chèque en blanc pour la Commission (…) Je ne suis pas un Européen béat. »

AFP : Vous ne donnerez pas de consignes de vote pour les législatives?
Arnaud Rousseau : « Les agriculteurs n’attendent pas de la FNSEA qu’elle leur donne des consignes de vote. Les paysans sont des gens bien trop indépendants pour considérer que ce serait un responsable national qui donnerait la ligne.

Quand il s’est agi de s’opposer au gouvernement de M. Macron ou de M. Attal au mois de janvier, on l’a fait sans états d’âme. Et si demain c’est M. Mélenchon, M. Bardella ou quelqu’un d’autre, on le fera avec tout autant de clarté. On sera des interlocuteurs exigeants et crédibles. »

AFP : Vous avez posé un ultimatum pour obtenir le versement d’aides européennes au 15 juin, notamment pour le bio. Cela tient-il toujours?
Arnaud Rousseau : « Cet ultimatum demeure. Et donc on aura des actions qui sont menées la semaine prochaine dans les départements. Les aides pour les producteurs en agriculture bio et ceux qui avaient contracté des MAEC (mesures agro-environnemtales) ne sont toujours pas payées. Et ça, ça n’attendra pas le mois de juillet.

Le gouvernement de M. Attal est là encore pour un mois et on entend bien qu’un certain nombre de décrets sur des questions techniques soient pris – par exemple sur la défiscalisation du GNR (gazole non routier).

Après les réalités agricoles font qu’en ce moment les gens ont du boulot. On a dit qu’on ne souhaitait pas prendre les JO en otage. »

Vous aimeriez lire aussi

Interview d’Arnaud Rousseau, président de la FNSEA
"Il importe que les engagements pris soient tenus". Interview d'Arnaud Rousseau, président FNSEA pour Actuagri...
La FNSEA soutient la FNPF dans sa demande à la grande distribution et aux grossistes : proposer en tête de gondole les fruits français de toute urgence
Dans une lettre ouverte, Françoise Roch, Présidente de la FNPFruits et Bruno Darnaud, Président de...
Les métiers de l’agriculture au cœur du Tour de France 2024
La FNSEA - à travers la campagne "Ma Nature, mon Futur, l'Agriculture" - est une...