En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Google analytics

Les cookies de google analytics permettent de connaitre la fréquentation du site.

Menu

Peste Porcine Africaine : la FNSEA appelle à tout mettre en œuvre pour sécuriser les éleveurs !

18 septembre 2018

Suite à la découverte de deux cas de Peste Porcine Africaine sur des sangliers en Belgique en fin de semaine dernière, nous ne pouvons que constater avec amertume la réalisation d’un scénario sur lequel nous alertions depuis de nombreuses années et plus fortement ces derniers mois.

 

Nous avions fait de nombreuses propositions de mesures de protection, portées régulièrement auprès des pouvoirs publics français comme européens : suspension de mouvements d’animaux en provenance des pays non indemnes, interdiction d’échanges de sangliers, demande d’une stratégie européenne offensive pour repousser le front de la maladie, mise en place d’une politique d’abattage des sangliers pour diminuer leur population… entre autres. Propositions restées sans suites, malheureusement.

Si l’annonce des cas belges à quelques kilomètres de la frontière française a résonné comme un coup de tonnerre, nous tenons à souligner que la France reste à ce jour indemne de Peste Porcine Africaine. Notre priorité est donc désormais, et plus que jamais, de tout mettre en œuvre pour préserver ce statut et empêcher l’arrivée de la Peste Porcine Africaine sur notre territoire. Nous demandons que de vraies mesures soient prises pour réguler la population de sangliers sur notre territoire : tirs à l’affût en zone frontalière, mais surtout intensification de la pression de chasse sur le reste du territoire où la prolifération massive est partout dénoncée.

En outre, les premiers contacts pris avec le monde de la chasse dans certaines régions depuis la semaine dernière sont inquiétants du fait du peu d’écho de la situation relative à la Peste Porcine Africaine. Il est impensable que cette situation perdure et il est urgent que le monde de la chasse mettre des moyens pour faire davantage d’information sur le terrain.

Enfin, l’arrivée de la maladie dans l’ouest de l’Europe doit servir d’électrochoc aux pouvoirs publics : il devient plus que nécessaire d’accélérer les contacts politiques pour discuter du principe de régionalisation dans les certificats sanitaires qui régissent les échanges commerciaux avec les Pays-Tiers. L’Europe a beaucoup attendu et beaucoup observé la propagation de la Peste Porcine Africaine, sans prendre de vraies mesures pour l’endiguer. Il est désormais temps d’anticiper et de prendre des décisions de nature à préserver les débouchés export quoi qu’il arrive. Il faut tout mettre en œuvre pour protéger les éleveurs et les opérateurs économiques.

Vous aimeriez lire aussi

CETA
Mardi 23 juillet 2019, les députés ont ratifié à une courte majorité (266 voix contre...
Eurodéputés : une prise de fonction sous tension
C’est déjà l’heure de la rentrée pour les eurodéputés récemment élus. Dans un contexte de...
Manifeste pour l’Europe (JA et FNSEA)
Le dimanche 26 mai 2019, les citoyens français vont élire leurs représentants au Parlement européen....