En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Microsoft Clarity

Les cookies de Microsoft Clarity permettent de connaitre la frequentation du site et le parcour utilisateur.

Menu

Anticipons pour limiter l’impact de la sécheresse

19 mai 2022

La situation de sécheresse subie sur une très large partie du territoire aura indiscutablement des conséquences importantes sur les récoltes et la production de fourrage.
 
Et ce n’est malheureusement pas les quelques pluies orageuses annoncées qui pourront compenser le déficit hydrique constaté.
Exceptionnellement précoce dans l’année, le manque de pluie, aggravé par des pics de chaleurs historiques, engendre déjà des mesures administratives de limitation de l’usage de l’eau. Au 19 mai, ce sont 16 départements soumis à restriction. Parmi eux, une partie des territoires des Bouches-du-Rhône et du Loiret sont classés en situation de crise.
 
Face à ce constat, la FNSEA est mobilisée pour que tous les leviers à même de limiter l’impact de la sécheresse soient mis en œuvre.
Anticipation et réactivité doivent nous guider collectivement pour limiter au maximum les conséquences, à terme, de cette période climatique extrêmement défavorable.
 
Ainsi, dans le cadre de l’élaboration des arrêtés restreignant l’usage de l’eau superficielle ou souterraine, le besoin de concertation locale avec les acteurs agricoles est indispensable. De plus, nous devons avoir la capacité d’ajuster en temps réel les premières mesures arrêtées, voire même de lever les restrictions lorsque des épisodes pluvieux interviennent.
 
Comme l’ont démontré les travaux du Varenne agricole de l’eau et du changement climatique, des solutions structurelles doivent être mobilisées. Telle la mise en œuvre, dès le 1er janvier 2023, du système rénové de gestion des risques en agriculture.
 
Face aux dégâts croissants du changement climatique, l’une des solutions réside dans le stockage hivernal de l’eau et la sécurisation de l’approvisionnement sur tous les territoires. La mise en place de retenues permet de mobiliser l’eau des pluies abondantes en hiver pour l’utiliser en période de sécheresse, mais aussi de lutter contre le gel hivernal pour la viticulture et l’arboriculture : c’est une voie essentielle. Mais tous les agriculteurs ne peuvent irriguer : nous devons aussi accompagner le développement des outils de prévention et de résilience et des conseils techniques d’adaptation et d’atténuation, tels ceux présentés par les filières lors des conclusions du Varenne.
 
A ce titre, la FNSEA appuie totalement les travaux engagés par le ministère de l’Agriculture listant les mesures à court et moyen termes. Nous serons actifs dans le suivi des engagements.
 
Les enjeux sont considérables et les décisions à prendre sont urgentes et capitales pour préserver les capacités de production sur notre territoire et défendre la souveraineté alimentaire et énergétique française.
 

Contact presse :
FNSEA : Sabri Derradji – 06 21 16 80 84-  sabri.derradji@reseaufnsea.fr

Documents associés

20220519-CP sécheresse VF

Vous aimeriez lire aussi

Remise des prix de l’Excellence Française
La quatorzième cérémonie de remise des prix de l’Excellence Française a eu lieu le mercredi...
Exposition : 100 ans des entreprises de battage et de pressage
Au travers de cette exposition, vous pourrez observer et reconnaître peut-être les matériels qu’utilisaient vos...
Le Fil Agricole n°94 
N°94 – Semaine du 28 novembre au 2 décembre 2022 ACTUALITÉS RETRAITES AGRICOLES : LES 25...