En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Google analytics

Les cookies de google analytics permettent de connaitre la fréquentation du site.

Menu

Baisse des moyens d’action des Chambres d’Agriculture Incompréhensible !

18 juillet 2019

Dans le cadre des discussions budgétaires, le gouvernement aurait pris la décision de réduire la Taxe additionnelle à la taxe foncière qui assure le financement des Chambres d’Agriculture. Cette réduction exprimerait une volonté de diminuer la pression fiscale sur les exploitations agricoles. 
 
Mais au-delà de l’affichage, est-ce bien sérieux ? Concrètement, cette charge représente, selon la Cour des comptes, moins de 0,52% des charges globales d’une exploitation agricole. La profession agricole a toujours affirmé sa volonté d’avoir des moyens mutualisés pour accompagner le plus grand nombre d’exploitations agricoles, et tout particulièrement les plus fragiles, dans un contexte de mutation pour l’agriculture française.
 
Cette coupe budgétaire est, de surcroît, totalement incohérente. Le Gouvernement appelle vigoureusement les agriculteurs à prendre le virage de la transition vers plus de durabilité et en même temps, il supprime les moyens qui permettent d’accompagner massivement ce mouvement : la formation des agriculteurs, le conseil individualisé, l’innovation…
 
Pour la FNSEA et JA, il s’agit d’un double discours incompréhensible, d’autant plus que l’Etat impose la signature d’un contrat d’objectifs en cours d’élaboration. A quoi bon fixer des objectifs ambitieux sans avoir les moyens de les atteindre ? Si des voies de progrès sont toujours possibles, y compris dans le fonctionnement des chambres d’agriculture, une discussion corrélant objectifs d’action et moyens budgétaires en adéquation aurait été nécessaire.

Dans ces conditions, nous demandons de suspendre toutes discussions sur le contrat d’objectifs entre l’APCA et le Ministère de l’Agriculture.
 
La FNSEA et JA appellent le Gouvernement à respecter la volonté professionnelle de privilégier la mutualisation et les actions collectives des chambres d’agriculture au profit du plus grand nombre.

Vous aimeriez lire aussi

Nous avons besoin de vos bras pour remplir vos assiettes
En cette période de crise, les agriculteurs sont plus que jamais mobilisés pour vous nourrir...
[Covid-19] la FNSEA répond « présent »
Se nourrir, se soigner, travailler : telles sont les priorités nationales pour les 15 jours...
Débat public sur la PAC : la FNSEA s’engage !
Afin de respecter les mesures de précaution prises par les autorités au regard de l’épidémie...