En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Microsoft Clarity

Les cookies de Microsoft Clarity permettent de connaitre la frequentation du site et le parcour utilisateur.

Menu

Conséquences de la Guerre en Ukraine : l’Union Européenne doit remettre la souveraineté alimentaire en priorité absolue

2 mars 2022

La FNSEA tient à apporter son soutien total aux agriculteurs ukrainiens et à l’ensemble de la population du pays frappé par la guerre. Avec l’ensemble de son réseau, elle condamne l’agression menée contre un pays ami voisin de l’Europe et un partenaire incontournable de l’agriculture.
La FNSEA, par l’intermédiaire de l’association de gestion des dons agricoles, Solaal, propose le soutien des agriculteurs, premier maillon de la chaine de dons, aux associations qui coordonnent l’aide alimentaire. Elle a également informé toutes ses FDSEA des procédures à suivre pour orienter les agriculteurs qui souhaiteraient accueillir des réfugiés ukrainiens. La solidarité du monde paysan n’est pas un vain mot.
Au-delà des conséquences dramatiques humaines, cette guerre, sur le sol de l’Europe, de l’Atlantique à l’Oural, a déjà des conséquences sur les marchés alimentaires mondiaux. Si le risque sur l’alimentation des européens n’est pas d’actualité, les secousses sur les marchés risquent de déstabiliser fortement certaines productions du fait des notamment de la hausse des cours de l’alimentation animale, des intrants et de l’énergie.
Cette situation met en exergue ce que la FNSEA dénonce fortement depuis son manifeste de mai 2020, le déficit de souveraineté alimentaire de l’Union Européenne et de la France.
Il est urgent de réaffirmer avec volontarisme cet objectif stratégique de l’Europe. Des actes concrets rapides sont attendus.

– En premier lieu, la logique de décroissance souhaitée par la stratégie européenne « Farm to
Fork » doit être profondément remise en question. Il faut au contraire produire plus sur notre
territoire, produire durablement mais produire.

– En second lieu, l’obligation dans la future PAC de consacrer 4% à des surfaces dites « non
productives » doit immédiatement être remise en question.

– En troisième lieu, il convient de réfléchir immédiatement à la question de l’appui aux filières
victimes pour passer ce cap et maintenir notre potentiel de production.

– Et enfin, la FNSEA soulève la question de la gestion de la sécurité alimentaire de la population
européenne et mondiale.

La Russie veut utiliser l’arme alimentaire, munissons-nous d’un bouclier alimentaire !

Contact presse :
FNSEA : Sabri Derradji – 06 21 16 80 84 – sabri.derradji@reseaufnsea.fr

Vous aimeriez lire aussi

Le climat change : changeons !
Sécheresse et canicule historiques ébranlent l’agriculture française et européenne : toutes les productions sont dans...
L’agriculture fait vivre les territoires !
L’emploi agricole : un faible poids à l’échelle nationale… Sur les 26 millions d’emplois que...
Le Fil Agricole n°80 
N°80 – Semaine du 25 juillet 2022   Le Fil Agricole marque une pause estivale et...