En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Microsoft Clarity

Les cookies de Microsoft Clarity permettent de connaitre la frequentation du site et le parcour utilisateur.

Menu

Crise énergétique :
des mesures d’accompagnement bienvenues, mais loin d’être suffisantes !

5 janvier 2023

Le pic d’inflation est attendu pour le début de l’année par le gouvernement. Les entreprises agricoles, qui ne peuvent être protégées par le bouclier tarifaire en raison de la puissance requise pour gérer leur activité, se retrouvent dans l’impasse : leur prix de production est en effet durablement haut, puisqu’il est basé sur des contrats énergétiques conclus fin 2022 pour une période d’un an au moins.
 
Le gouvernement vient d’annoncer des mesures d’accompagnement telles que le report de paiement des impôts et cotisations sociales pour les entreprises en difficulté. L’impact de ces reports pèsera peu sur la trésorerie des exploitations déjà exsangues du fait des charges liées à l’énergie !
 
Le report de paiement des cotisations sociales est déjà en vigueur dans le monde agricole, pour toute entreprise faisant état de difficultés financières. Quant au report du paiement de l’impôt, il n’a d’impact réel qu’en présence de résultats passés importants, ce qui n’est pas le cas pour ces entreprises.
 
L’heure n’est donc plus aux simples mesures de soulagement de la trésorerie, mais bien à la réduction effective des charges liées à l’énergie par la mise en place d’un bouclier tarifaire, à l’instar de celui réservé aux particuliers et dont le gouvernement ne cesse, à juste titre, de se féliciter ! Un tel bouclier assurera visibilité et baisse pérenne de charges pour les entreprises agricoles, deux mesures indispensables à la traversée d’une telle crise !
 
Comme pour les boulangers, la répercussion de la hausse des coûts de l’énergie sur le prix des produits alimentaires français a ses limites, avec en plus un risque élevé de voir les importations de produits étrangers augmenter afin de servir d’amortisseur. C’est inacceptable et mortifère pour les exploitations agricoles françaises comme pour l’ensemble du tissu industriel agro-alimentaire.
 
Nous maintenons notre demande : la France doit aider ses entreprises agricoles et agro-alimentaires à passer le cap d’inflation par l’instauration d’un bouclier tarifaire sur l’énergie, faute de quoi de nombreuses exploitations sortiront très fragilisées de cette crise ou n’en sortiront pas !


Contact presse :
FNSEA : Sabri Derradji – 06 21 16 80 84 – sabri.derradji@reseaufnsea.fr 

Documents associés

CP FNSEA Energie Janv 23

Vous aimeriez lire aussi

Conférence de presse des vœux FNSEA 2023
Ce mercredi 11 janvier, Christiane Lambert, présidente de la FNSEA et Jérôme Despey, secrétaire général...
SIVAL Angers, le salon des productions végétales
Le SIVAL, qui se tient les 17, 18 et 19 janvier 2023 au Parc des...
Christiane Lambert
Christiane Lambert plus influente que le PDG d’Amazon !
A l’heure des traditionnels bilans et palmarès annuels, l’année 2022 ne fait pas exception à...