En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Google analytics

Les cookies de google analytics permettent de connaitre la fréquentation du site.

Menu

Dramatiques incendies dans le Sud de la France : la FNSEA aux côtés des victimes

19 août 2021

Après le Sud-Est de l’Europe, de larges pans du sud de la France se retrouvent dévastés par des incendies attisés par l’effet conjugué de la canicule, de la sécheresse et d’un mistral soufflant en rafales de 75 km/h.

Le bilan est hélas déjà très lourd, et nous nous inclinons devant les deux victimes déjà localisées. Plus de mille pompiers sont aujourd’hui encore sur tous les fronts, galvanisant leurs efforts pour lutter contre plusieurs foyers sur trois grandes zones : l’arrière-pays tropézien, la région de Narbonne et à Beaumes-de-Venise.

Le feu a essentiellement touché des zones forestières, mais plusieurs domaines viticoles sont eux aussi lourdement touchés, sans qu’il soit pour l’heure possible d’évaluer précisément les dégâts : d’ores et déjà, 73 domaines viticoles et 5 coopératives sont touchés dans le Var, où les incendies ne sont pas fixés et ont envahi plus d’un millier d’hectares de vignes en zones d’appellation contrôlée et IGP Provence.

Ces épisodes dramatiques apportent une nouvelle illustration des événements météorologiques extrêmes décrits dans le dernier rapport du GIEC sur le climat, tout récemment paru. Sous l’effet du changement climatique, et de vagues de chaleur longues et intense, ces incendies d’été catastrophiques sont appelés à se multiplier dans ces zones densément peuplées et cultivées. Il devient donc urgent de reconsidérer les modalités de préservation de la biodiversité dans ces espaces particulièrement vulnérables au feu : des interventions simples comme le nettoyage des bordures de parcelles, le nettoyage des fossés, le retrait d’arbres morts, doivent être rendues possibles pour limiter les sources d’embrasement. Rappelons aussi que maintenir le pastoralisme, entretenir et implanter des cultures comme la vigne, l’arboriculture et les champs d’olivier, voire du maraîchage, peut remplir un rôle de coupe-feu peut permettre et limiter la propagation des incendies.

La FNSEA se tient aux côtés des agriculteurs et viticulteurs touchés et exprime sa gratitude à tous ceux qui s’emploient à les combattre sans relâche, au premier rang desquels les sapeurs-pompiers dont l’abnégation et le courage forcent le respect.

 

Contact presse :

Christine Claudon – 07 60 47 44 52

Documents associés

18082021_CP incendies_def

Vous aimeriez lire aussi

Notre raison d’être, notre mission !
Nos valeurs syndicales fêtent leurs 75 ans. Humanité, solidarité, responsabilité, sens de l’initiative collective, ancrage...
Pré-sommet des Nations Unies pour des systèmes alimentaires durables
Le pré-sommet des Nations Unies pour des systèmes alimentaires durables #UNFSS2021 s’est tenu à Rome du...
Voeux 2021 de Christiane Lambert, présidente de la FNSEA
Voeux de Christiane Lambert, présidente de la FNSEA.