En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Microsoft Clarity

Les cookies de Microsoft Clarity permettent de connaitre la frequentation du site et le parcour utilisateur.

Menu

Pouvoir d’achat : un « grand distributeur » anonyme joue sur les peurs et méprise les agriculteurs

30 janvier 2019

A la veille de l’application de la hausse du Seuil de Revente à Perte (SRP) issue de la loi EGAlim un « grand distributeur » annonce une hausse des prix de 6,3% sur 24 produits et tente de faire l’amalgame avec une hausse généralisée des produits.

FNSEA et JA expriment toute leur révolte face à cette hasardeuse instrumentalisation des chiffres. En effet ce n’est pas parce qu’il y a une hausse sur certains produits que le panier global va augmenter. Il s’agit plutôt d’un rééquilibrage, pour aller d’une marge zéro sur les produits d’appel (et une marge plus que confortable sur le reste), vers une répartition plus raisonnable.

Le SRP fait donc partie d’un dispositif dont l’objectif est de mieux répartir la valeur, pas d’augmenter les prix ; de mieux rémunérer les agriculteurs, pas de matraquer les consommateurs.

Dire que les prix des produits agricoles vont augmenter mécaniquement avec la hausse du SRP c’est tenter de nous faire croire que tous ses produits alimentaires sont vendus quasiment à prix coûtant. Nous savons bien que c’est faux et qu’aujourd’hui ce sont les produits de nos régions, pressurisés par les centrales d’achat, qui payent la distribution du Coca-cola ou du Nutella. Et ce sont bien sûr les agriculteurs en bout de chaîne qui payent la facture ! Rappelons que la « moyenne » supposée des 6,3% ne concerne ici que 24 produits. Quelle logique y-a-t-il à réduire le panier du consommateur de la sorte si ce n’est pour jouer sur ses craintes ?

La hausse du SRP, avec les autres leviers du dispositif législatif (prise en compte des indicateurs de coûts de production dans les contrats, construction du prix en marche avant, encadrement des promotions, interdiction des prix abusivement bas), doit contribuer à mettre fin aux pratiques qui condamnent l’agriculture française. Il suffit pour cela que les distributeurs acceptent de rémunérer un tout petit peu plus les fournisseurs sur la très grande majorité des produits sans augmenter les prix au consommateur, en compensation du rétablissement de leur marge sur quelques produits phares que la hausse du SRP leur permet de réaliser.

Bien sûr l’effet n’est pas garanti si le distributeur ne joue pas le jeu de la Loi EGAlim pour sortir de la guerre des prix. Si l‘objectif du « grand distributeur anonyme » n’est clairement pas celui-ci, nous avons bon espoir que les concurrents sauront être plus vertueux !

Documents associés

20190130_CP FNSEA JA_EGA_PRix

Vous aimeriez lire aussi

Agrifaune : un outil essentiel au maintien de la biodiversité
Depuis 2006, le programme Agrifaune fait face aux enjeux de conservation de la biodiversité en...
Le Fil Agricole n°76
N°76- Semaine du 09 mai 2022 ACTUALITÉS AGRICOLES LA SÉCHERESSE S’INSTALLE EN FRANCE ET MENACE...
L’agriculture, une chance pour la France !
A la veille de cette législature, l’agriculture est en mesure de retrouver sa place dans...