En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Microsoft Clarity

Les cookies de Microsoft Clarity permettent de connaitre la frequentation du site et le parcour utilisateur.

Menu

La FNSEA salue les avancées sur l’aide alimentaire mais regrette l’absence de dispositif d’envergure nationale pour le chèque alimentaire

8 novembre 2022

Le 7 novembre, un Comité national de coordination de la lutte contre la précarité alimentaire (COCOLUPA) plénier s’est tenu, en présence des Ministres Marc FESNEAU et Jean-Christophe COMBE. La FNSEA salue l’association de la profession agricole à cet échange, essentielle pour parvenir à des dispositifs couvrant tous les enjeux liés à la précarité alimentaire.  

Lors de la réunion, la FNSEA a déploré que, depuis plus de 40 ans, notre souveraineté alimentaire soit mise à mal, tirée par la politique des prix bas de la grande distribution. Si les agriculteurs ont toujours contribué à nourrir la population, aujourd’hui le mur énergétique qui s’installe, combiné à la flambée historique des coûts de production, rend extrêmement compliquée cette mission. La politique des prix bas, conformément aux dispositions EGAlim, ne peut plus être la réponse à la précarité alimentaire – si tant est qu’elle ait pu l’être par le passé.

Lors du COCOLUPA, les Ministres ont annoncé la mise en place dans le cadre de la loi Finances 2023, d’un fonds de 60 Millions d’euros consacré aux « Nouvelles solidarités alimentaires », dont le déploiement devrait se faire tout au long du quinquennat.  

Pour la FNSEA, si cette réponse – dont les modalités restent à définir dans le cadre de futurs travaux – est un pas de plus pour lutter contre la précarité alimentaire, il est regrettable que le champ des produits éligibles soit si restreint. Flécher les fonds vers les fruits et légumes uniquement risque de créer un appel d’air aux produits d’importation. N’oublions pas que près de la moitié de notre consommation en fruits et légumes est importée ! De plus, n’orienter les dispositifs que sur certains produits conduira à stigmatiser bon nombre de productions, conventionnelles et de qualité, pourtant essentielles à la couverture des besoins nutritionnels dans le cadre d’une alimentation diversifiée. Cela irait dans le sens opposé à la durabilité recherchée.

Enfin, la FNSEA regrette que le chèque alimentaire ne puisse être développé qu’avec de potentielles expérimentations locales, alors qu’il conviendrait de construire un dispositif ambitieux, avec un cadrage national. L’enjeu est double : assurer une alimentation de qualité et en quantité suffisante pour les personnes en situation de précarité, et contribuer au maintien de la valeur de l’alimentation. La FNSEA compte donc sur les travaux futurs pour que ne soit pas laissée de côté la construction d’un chèque alimentaire durable conformément à la loi Climat et résilience. En effet, la FNSEA en est convaincue, seul un dispositif d’envergure permettra aux personnes en situation de précarité de disposer d’une alimentation de qualité basée sur les productions françaises !

Contact presse :

FNSEA: Sabri Derradji – sabri.derradji@reseaufnsea.fr – 06 21 16 80 84

Vous aimeriez lire aussi

Le Fil Agricole n°94 
N°94 – Semaine du 28 novembre au 2 décembre 2022 ACTUALITÉS RETRAITES AGRICOLES : LES 25...
Journée Nationale des vétérinaires : les éleveurs français sont inquiets !  
A l’heure où le maillage vétérinaire en France représente une réelle problématique, où l’on constate...
Le Fil Agricole n°93
N°93 – Semaine du 21 au 25 novembre 2022 ACTUALITÉS RETRAITES AGRICOLES : LE CALCUL SUR...