En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Microsoft Clarity

Les cookies de Microsoft Clarity permettent de connaitre la frequentation du site et le parcour utilisateur.

Menu

Le résultat prévisionnel agricole redevient attractif en 2022,à consolider en 2023

15 décembre 2022

Les comptes nationaux prévisionnels de l’agriculture pour l’année 2022 sont parus ce jour. La FNSEA se félicite de l’amélioration du résultat brut de la branche agricole de 22 %, retrouvant son niveau du début des années 1980. La bonne tenue des prix de vente mondiaux et français a permis de mettre fin à une décennie de revenus médiocres pour la branche agricole. Le résultat agricole redevient attractif et incitatif pour les agriculteurs, qui doivent vivre de leur métier d’entrepreneur.

 

Afin de pérenniser leur activité, il est nécessaire que ces chiffres restent sur une tendance positive dans le long terme et dans toutes les régions et secteurs de production, ce qui n’est pas encore le cas aujourd’hui : le résultat moyen national haussier masque une grande variabilité entre territoires et entre filières.

 

Cette situation tient en grande partie aux effets conjoncturels de reprise post-Covid et d’emballements des marchés des céréales après que la Russie ait envahi l’Ukraine. Ainsi, le résultat de 2022 reste fragile. D’une part, l’agriculture reste soumise aux prix des marchés mondiaux, qui sont très volatiles et pourraient se retourner au moindre changement géopolitique ; ceci, combiné aux normes qui se durcissent encore, et à des charges qui explosent, conduirait à un « effet ciseau » dévastateur pour l’économie des agriculteurs. D’autre part, l’agriculture est très touchée par le dérèglement climatique, qui a fortement réduit les rendements des cultures végétales, y compris fourragères. En conséquence, la décapitalisation dans les secteurs de l’élevage se poursuit. Ces enjeux climatiques sont préoccupants pour la souveraineté alimentaire.

 

Dans un contexte géopolitique bouleversé par la guerre en Ukraine et des prix de plus en plus volatiles, il est impératif de permettre aux agriculteurs de tirer un revenu décent de leur activité, et d’avoir des sécurités et une vision au long-terme de leur activité. Les messages politiques ne doivent plus se contredire, l’alimentation doit redevenir un enjeu majeur pour la France. Ainsi, les agriculteurs pourront continuer à produire une alimentation de qualité rémunérant de manière juste leur activité de chef d’entreprise.

Contact presse :

FNSEA :  Sabri Derradji – 06 21 16 80 84 – sabri.derradji@reseaufnsea.fr

Vous aimeriez lire aussi

Interview d’Arnaud Rousseau, président de la FNSEA
"Il importe que les engagements pris soient tenus". Interview d'Arnaud Rousseau, président FNSEA pour Actuagri...
La FNSEA soutient la FNPF dans sa demande à la grande distribution et aux grossistes : proposer en tête de gondole les fruits français de toute urgence
Dans une lettre ouverte, Françoise Roch, Présidente de la FNPFruits et Bruno Darnaud, Président de...
Les métiers de l’agriculture au cœur du Tour de France 2024
La FNSEA - à travers la campagne "Ma Nature, mon Futur, l'Agriculture" - est une...