En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Google analytics

Les cookies de google analytics permettent de connaitre la fréquentation du site.

Menu

Les organisations d’INTERBEV valident la méthode de calcul de l’indicateur de prix de revient

31 janvier 2019

Réunis aujourd’hui 31 janvier 2019, les représentants de la Section Bovin d’INTERBEV ont validé la méthode de calcul d’un indicateur de prix de revient en viande bovine (à l’exception de Culture Viande qui s’est abstenue). Cette méthode, basée sur le réseau INOSYS, déjà validée par l’Observatoire de la Formation des Prix et des Marges, est qualifiée de robuste par le Médiateur des relations commerciales agricoles lui-même. Le calcul établit l’indicateur de prix de revient (en l’appliquant par exemple aux chiffres de la conjoncture second semestre 2017) à 4,64 €/kg carcasse pour une vache allaitante, 5,08 € pour une génisse, 4,50 € pour un Jeune Bovin et 3,08 € du kilo vif pour un broutard.

Pour chaque catégorie, l’indicateur sera réactualisé tous les six mois pour prendre en compte l’évolution des charges des éleveurs (indice IPAMPA). Une fois par an, il sera également réactualisé au regard des évolutions des soutiens de la PAC.

Cette issue est le fruit d’un travail fastidieux de six mois pendant lesquels le syndicalisme agricole a pesé de tout son poids, tous les syndicats d’agriculteurs luttant pour une cause commune : la reconnaissance du coût de leur travail.

La première étape franchie, il faut maintenant, et de façon concrète et opérationnelle, construire une contractualisation avec une formation du prix en marche avant pour que l’agriculteur ne soit plus la variable d’ajustement.

Il appartient désormais aux acteurs économiques, dans le cadre de leur négociations commerciales, de définir la méthode d’élaboration du prix s’appuyant sur cet indicateur pour prendre en compte le prix de revient des éleveurs.

La FNB, la FNSEA et Jeunes Agriculteurs resteront mobilisés en soutien aux éleveurs et producteurs de viande bovine qui doivent recevoir une juste rémunération de leur travail. Il en va de l’avenir des éleveurs d’aujourd’hui et de demain. Nous serons aussi auprès de tout acteur économique qui s’engagera concrètement pour assurer l’avenir d’une filière qui doit être soucieuse d’une juste et équitable répartition de la valeur.

Vous aimeriez lire aussi

Le secteur agricole et la grande distribution à l’épreuve du BAC PRO
Alors que les résultats du Baccalauréat sont publiés, revenons sur le grand thème de l’épreuve...
Fête des Moissons et des Récoltes
Pour la 4e édition, les agriculteurs #agridemain organisent de juin à septembre des événements pour...
Intempéries : la FDSEA de la Drôme au chevet de ses agriculteurs
Les très violents orages accompagnés de grêles qui se sont abattus sur la région Auvergne...