En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Google analytics

Les cookies de google analytics permettent de connaitre la fréquentation du site.

Menu

Négociations commerciales : les outils de loi EGA sont là, plus d’excuse !

17 janvier 2020

A l’occasion du comité de suivi des relations commerciales réuni ce matin par le Ministre de l’agriculture, Didier Guillaume et la Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’économie, Agnès Pannier-Runacher, la FNSEA et JA ont insisté sur la nécessité de transformer les progrès constatés en 2019 dans le secteur laitier en de vrais résultats probants pour l’ensemble des agriculteurs. Plus d’excuse !

La Loi EGAlim est dorénavant pleinement opérationnelle, elle doit s’appliquer sans exception. Des indicateurs ont été mis à disposition dans la plupart des filières, les producteurs s’organisent en OP malgré les réticences affichées de certains acheteurs à négocier avec elles, la médiation est de plus en plus saisie pour résoudre les litiges, etc. Du côté de l’aval, le relèvement du seuil de revente à perte montre qu’il est efficace pour stopper la guerre des prix et la déflation destructrice de valeur (inflation de 0,9 % en 2019, selon IRi -Information Resources, Inc®).

Pour autant, les quelques démarches vertueuses connues en 2019 dans le secteur laitier n’ont pas suffi à réellement améliorer le revenu de tous les producteurs ! Des engagements doivent être pris sur tous les volumes et toutes les productions ! Ce n’est que de cette manière que les agriculteurs verront dans les EGA une avancée pour leurs revenus.

Enfin, concernant l’encadrement des promotions, la FNSEA et JA ont rappelé que les contournements autorisés par la DGCCRF sont inacceptables. Si certains distributeurs ont joué le jeu, d’autres continuent dans leur agressivité promotionnelle en contournant l’esprit de la loi. Plusieurs ingrédients sont nécessaires pour réussir l’exercice des négociations commerciales et assurer une meilleure répartition de la valeur : un gendarme qui punit le cas échéant, des opérateurs économiques responsables dans leurs achats, qui vont au-delà d’une simple communication auprès des consommateurs, et une transparence de la part de l’ensemble des opérateurs. C’est en ce sens que nous maintiendrons la pression sur les mauvais élèves jusqu’à la fin de la période de négociation.

Vous aimeriez lire aussi

Le Projet de loi de finances (PLF) 2021 doit redonner de la compétitivité
Le projet de loi de finances 2021 (PLF 2021) est examiné par les députés, en...
Journée du syndicalisme économique dans l’Ain
La FDSEA et les JA de l’Ain ont organisé ce jeudi 1er octobre une journée...
Plan de relance : un premier pas vers la souveraineté alimentaire
L’agriculture est éligible au plan de relance à hauteur de 1,2 milliard d’euros sur les...