En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Google analytics

Les cookies de google analytics permettent de connaitre la fréquentation du site.

Menu

Résultats agricoles 2018 : un véritable redressement de la branche agricole encore attendu

4 juillet 2019


La Commission des comptes de l’agriculture de la nation annonce un retour du résultat brut de la branche agricole à un niveau similaire à 2015 avec une augmentation de 10,3 % par rapport à 2017, succédant à une augmentation du même ordre entre 2017 et 2016.

Pourtant, peut-on parler de véritable rattrapage dans un contexte où la valeur ajoutée créée par la branche agricole s’érode depuis des années ? Alors qu’elle était proche des 40 milliards d’euros dans les années 2000, la remontée de 2018 ne lui permet d’atteindre que le modeste niveau de 33 milliards d’euros.

Peut-on parler de rattrapage quand la production porcine a subi de plein fouet une chute des prix en 2018 ? Quand la valeur de la production des oléagineux baissait fortement (-10,9%) tout comme celle des betteraves industrielles (-24,3 %) ? Quand l’investissement en bétail chutait de près de 80 % entre 2017 et 2018, reflet des crises à répétition que subit l’élevage bovin depuis des années.

Alors que les accords sont signés avec le CETA et annoncés avec le Mercosur, comment la courbe de la valeur ajoutée agricole va-t-elle opérer un véritable redressement ?

Nul doute en effet que ces accords, s’ils étaient ratifiés par les Etats Membres, conduiraient à l’arrivée massive de produits agricoles ultra-compétitifs, issus de modes de productions interdits en France. Ces importations anéantiraient les possibilités de valoriser les productions françaises à leur juste prix, et conduiraient des filières vers des difficultés irréversibles. La « montée en gamme », leitmotiv du Gouvernement, se transformerait alors en marché de dupes !

Vous aimeriez lire aussi

Web conférence le 18 novembre sur le site Pleinchamp
Afin d’accélérer le déploiement des solutions pour toucher le plus d’agriculteurs possibles, le Contrat de...
Notre syndicalisme, un maillon essentiel au service de l’économie
Les Etats Généraux de l’Alimentation offrent aux agriculteurs une boite à outils importante pour structurer...
22 octobre : 85% des départements mobilisés
Mardi 22 octobre 2019, plus de 85% des départements se sont mobilisés avec de nombreux...