En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Google analytics

Les cookies de google analytics permettent de connaitre la fréquentation du site.

Menu

Retraite minimum à 85 % du Smic : un premier pas, mais les conjointes tristement oubliées !

18 juin 2020

Le principe de la revalorisation des retraites agricoles à 85 % du Smic pour les chefs d’exploitation vient d’être adopté en seconde lecture à l’Assemblée nationale dans le cadre de la proposition de loi portée par le Député Chassaigne. Une dernière lecture est prévue d’ici juillet au Sénat. Ainsi, le minimum de pension d’un chef d’exploitation à carrière complète serait revalorisé à hauteur de 1 025 € par mois au plus tard en 2022, et non au 1er janvier 2021 comme nous le réclamions et comme la MSA l’avait déclaré « techniquement possible ».

Pour nos organisations qui demandent l’alignement sur les 85 % du Smic depuis 2003, c’est un pas en avant, fruit d’un travail de longue haleine. Il est en effet profondément injuste qu’un agriculteur touche un minimum basé sur 75 % du Smic alors qu’un salarié bénéficie d’une retraite minimum calculée sur 85 % du Smic.

Mais ça n’est pas suffisant. Le texte voté à l’Assemblée nationale se limite aux carrières exclusivement agricoles. Sont ainsi mis de côté les poly-pensionnés qui ont cotisé dans plusieurs régimes. Au final, cette limitation exclut 100 000 agriculteurs retraités (196 000 bénéficiaires potentiels sur un total initial de 290 000). Cet oubli doit être réparé.

Tout comme doit être réparée l’injustice subie par les conjointes et les aides familiaux dont la pension minimum reste fixée à 555 € par mois. Nos organisations ne pourront se réjouir que lorsque ces injustices seront résolues.

Nous serons enfin très vigilants pour que ce soit bien la solidarité nationale qui finance cette revalorisation conformément aux engagements du Gouvernement. Nous avons encore en mémoire la revalorisation à 75 % du Smic, en 2016, qui avait été au final en partie supportée par les actifs agricoles.

Vous aimeriez lire aussi

Tribune des syndicats agricoles sur les retraites
Mesdames Messieurs, Le montant des retraites versées aux agriculteurs et/ou les pensions de réversion sont...
Réforme des retraites : une avancée pour les agriculteurs
Les annonces du premier ministre le 11 décembre devant le Conseil économique, social et environnemental...
Retraites : nouvelle phase de consultation
Le 18 juillet dernier, Jean-Paul Delevoye dévoilait les grandes lignes du projet de réforme des...