En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Google analytics

Les cookies de google analytics permettent de connaitre la fréquentation du site.

Menu

En 2019, les aléas climatiques frappent une fois de plus les agriculteurs

3 juillet 2020

La Commission des Comptes de l’Agriculture de la Nation (CCAN) vient de publier le résultat provisoire de la Branche Agricole pour 2019, faisant suite aux résultats prévisionnels publiés en décembre dernier.

Ce résultat, qui progresse de 2 points par rapport aux résultats prévisionnels de décembre 2019, n’en reste pas moins négatif : le Résultat de la branche agricole par actif non salarié, une fois corrigé de l’inflation, diminue de 8,6 % par rapport à 2018, au lieu d’une diminution de -10,6 % estimée en décembre.

Ce résultat confirme le fait que le rattrapage des revenus à peine amorcé en 2017 et 2018, suite à la crise de 2016, n’aura pas perduré. Il révèle des situations alarmantes pour l’année 2019 sur beaucoup de filières, qui cumulent baisse des volumes, baisse des prix, et sont soumises à une augmentation du coût des consommations intermédiaires, s’élevant à +1,2% en valeur en 2020.

Au niveau national, 8 régions de France sur 13 voient leur valeur ajoutée agricole brute diminuer en 2019.

La sécheresse a été déterminante dans la baisse de ces résultats. Les aléas, qu’ils soient climatiques ou sanitaires, sont de plus en plus fréquents et l’année 2019 ne fait que confirmer une tendance à la volatilité de plus en plus marquée des revenus des agriculteurs sur ces 10 dernières années.

Alors que le chef de l’Etat a affirmé que la France devait retrouver sa souveraineté alimentaire, la FNSEA réaffirme ses messages : la puissance publique a une responsabilité majeure, notamment sur le plan budgétaire, pour permettre d’améliorer la résilience des exploitations agricoles face à ces aléas – par la modernisation des outils de gestion des risques climatiques et par l’investissement dans les équipements de prévention (filets paragrêle, réserves d’eau, bâtiments de stockage de fourrage…) – et offrir aux agriculteurs des conditions de rémunération suffisantes.

Vous aimeriez lire aussi

[Idée reçue] « L’agriculture utilise toujours plus de phytosanitaires. » S1E4
L’agriculture utilise toujours plus de phytosanitaires. Une affirmation mais surtout une idée reçue ! Dans...
Action syndicale : « Nos champs ne sont pas des poubelles ! »
Face à la recrudescence des dépôts sauvages sur les parcelles agricoles, les agriculteurs franciliens, excédés,...
[Idée reçue] « L’agriculture est responsable du dérèglement climatique. » S1E3
L’agriculture est responsable du dérèglement climatique. Une affirmation mais surtout une idée reçue !  Dans...