En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Google analytics

Les cookies de google analytics permettent de connaitre la fréquentation du site.

Menu

Gestion de la ressource en eau : une déception de plus face à un manque d’ambition au vu des enjeux du changement climatique

26 septembre 2018

Mardi 25 septembre, les ministres François de Rugy et Stéphane Travert ont annoncé leur volonté d’encourager les projets de territoires, s’appuyant sur le rapport de la cellule d’expertise menée par le Préfet Pierre-Etienne Bisch et rendu public ce même jour. Après de nombreux épisodes de sécheresse ces dernières années, nous attendions une véritable ambition pour l’agriculture française, en lui permettant de s’adapter au changement climatique. Nous en sommes très loin.

Les projets de territoires, la profession agricole les a,à maintes fois,appelés de ses vœux en vue d’un objectif clair: s’adapter au changement climatique en facilitant le recours à la mobilisation de la ressource en eau. Mais aujourd’hui, nous regrettons que trop souvent, leur mise en œuvre s’apparente à de l’immobilisme, alors qu’il y a urgence à sécuriser les productions agricoles et à assurer la sécurité alimentaire de la France. La cellule d’expertise avait pour mission «d’examiner les projets de territoire en cours, de proposer des pistes d’accélération de leur réalisation», et non pas d’exiger de nouveaux critères, venant encore ralentir les procédures, comme indiqué dans la communication interministérielle.

 

L’irrigation représente la première assurance récolte pour les agriculteurs, que ce soit en agriculture conventionnelle, biologique, pour l’élevage ou encore le maraîchage. Les études des volumes prélevables ont permis depuis des années d’établir des échéanciers, de faire le point sur l’offre et la demande, comprenant des besoins agricoles et agroalimentaires, mais aussi territoriaux (eau potable, soutien étiage, etc.). L’agriculture a amélioré l’efficience de l’eau de 30% en 15 ans, elle continue à le faire mais aura toujours besoin d’eau pour continuer à produire, notamment pour les filières territorialisées et agroalimentaires.

 

Nous attendons que la seconde phase des Assises de l’eau soit l’occasion d’une relance de la politique de mobilisation de la ressource en eau (retenues et transferts d’eau) en France, mais pour les projets de territoire déjà bien engagés, il y a urgence à agir !

Documents associés

CP – Gestion ressource en eau

Vous aimeriez lire aussi

Une consultation lancée sur la distance champs traités/habitations
5 à 10 m, c’est la distance minimale pour lancer la consultation proposée par le...
Rapport du GIEC sur le changement climatique : « l’agriculture française plébiscitée »
Le jeudi 8 août 2019, le Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC) a...
Intempéries : la FDSEA de la Drôme au chevet de ses agriculteurs
Les très violents orages accompagnés de grêles qui se sont abattus sur la région Auvergne...