En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Google analytics

Les cookies de google analytics permettent de connaitre la fréquentation du site.

Menu

Lancement des projets de territoire pour la gestion de l’eau : la profession salue cette avancée !

10 mai 2019

Le gouvernement a décidé de généraliser la méthode des projets de territoire pour la gestion de l’eau (PTGE). La révision de l’instruction aux préfets a été signée le 7 mai par François de Rugy, Didier Guillaume et Emmanuelle Wargon. C’est une première pierre pour une politique de l’eau tenant compte du changement climatique. La profession agricole, représentée par la FNSEA, l’APCA et Irrigants de France, salue cette démarche, appelée maintes fois de ses vœux.

Le travail de la cellule d’expertise, pilotée par le Préfet Pierre-Etienne Bisch sur les projets de territoire, avait permis de démontrer au gouvernement et de partager avec les acteurs de l’eau toute l’importance stratégique de la mobilisation et de la sécurisation de l’eau pour l’ensemble des usages : l’irrigation n’est plus considérée comme la variable d’ajustement.

Nous avions dénoncé l’instruction du 4 juin 2015, freinant le financement des projets de mobilisation de la ressource en eau par les Agences de l’eau, pourtant essentiels en matière d’adaptation au changement climatique.
Sans attendre les conclusions des Assises de l’eau, le gouvernement a largement revu cette instruction.

La nouvelle instruction sur les PTGE reconnait désormais la nécessité de prendre en compte les besoins supplémentaires en eau liés au changement climatique, en s’appuyant sur des ressources en eau en période hivernale.

En outre, les Agences de l’eau, auparavant limitées au financement des projets dits de substitution, pourront financer des projets de mobilisation des volumes supplémentaires, dès lors qu’un ’ouvrage est “multi-usage”.
C’est une reconnaissance de la nécessité de stocker de l’eau à la hauteur des enjeux pour anticiper les pénuries d’eau et les excès d’eau, tant pour l’agriculture que l’ensemble des usages.

Cette instruction doit maintenant être mise en application pour faire avancer, selon un calendrier serré, les projets de territoire pour la gestion de l’eau, dans le cadre d’un dialogue avec tous les acteurs locaux.

Vous aimeriez lire aussi

Web conférence le 18 novembre sur le site Pleinchamp
Afin d’accélérer le déploiement des solutions pour toucher le plus d’agriculteurs possibles, le Contrat de...
Une consultation lancée sur la distance champs traités/habitations
5 à 10 m, c’est la distance minimale pour lancer la consultation proposée par le...
Rapport du GIEC sur le changement climatique : « l’agriculture française plébiscitée »
Le jeudi 8 août 2019, le Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC) a...