En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite.
Conservation et accès aux informations

La conservation d’informations ou l’accès à des informations déjà conservées sur votre appareil, par exemple, des identifiants de l’appareil, des cookies et des technologies similaires.

Google analytics

Les cookies de google analytics permettent de connaitre la fréquentation du site.

Menu

Rapport du GIEC sur changement climatique et dégradation des sols : l’agriculture française déjà en action !

8 août 2019

Dans son rapport sur le changement climatique et l’utilisation des sols, le GIEC livre un constat préoccupant de la situation environnementale actuelle, marquée par les conséquences du dérèglement climatique à l’échelle mondiale. En témoignent la canicule, la sécheresse et les inondations qui ont durement éprouvé l’agriculture française cette année encore.

Les conclusions du groupe de travail préconisent une agriculture diversifiée, territoriale et à taille humaine, à même de limiter la dérive climatique. La FNSEA salue cette approche raisonnable, d’autant qu’elle y retrouve les caractères fondamentaux de l’agriculture qu’elle défend depuis toujours.

Rappelons que l’agriculture française apporte des solutions pour l’atténuation des émissions de gaz à effets de serre : capture du carbone dans les sols agricoles, production d’énergies renouvelables, multiplication de biomatériaux en substitution aux produits fossiles… N’oublions pas que l’agriculture produit plus de 20 % des énergies renouvelables françaises.

Saluons également les actions engagées par les agriculteurs en faveur des sols, de la biodiversité, de l’eau, de la lutte contre l’artificialisation des sols, de la bioéconomie ou des biocarburants : elles vont dans le bon sens et sont autant de solutions aux préoccupations mises en avant par les experts.

Mais pour répondre au double enjeu alimentaire et climatique, il faut produire plus et mieux avec moins ! Les agriculteurs français y sont prêts à condition de disposer d’un agenda de solutions et d’un accompagnement.

Tels ne sont pourtant pas les fondamentaux de toutes les agricultures dans le monde. Peut-on en dire autant des agricultures concernées par les accords de libre-échange que la France et l’UE signent ou s’apprêtent à signer, à l’image du Ceta, et surtout du Mercosur ? Ces accords ne peuvent qu’accentuer les émissions de gaz à effet de serre, la désertification, l’érosion des sols ou encore la disparition des forêts !

N’importons pas l’agriculture que nous ne voulons pas !

Documents associés

20190808_CP FNSEA rapport GIEC

Vous aimeriez lire aussi

Participez au webinaire « Connaître #Agrifaune et rejoindre le réseau »
Le mercredi 24 juin à 10h, le réseau Agrifaune organise le webinaire « Connaître #Agrifaune...
Sécheresse : organiser dès à présent la logistique du fourrage
Ce début d’année est d’ores et déjà marqué par un nouvel épisode de sécheresse qui...
L’agriculture, une solution pour la neutralité carbone
En pleine crise sanitaire, la France réaffirme ses ambitions climatique en publiant au Journal Officiel...